14.09.2017, 00:01  

Des millions de déficit annoncés pour l’Etat

Abonnés
chargement

 14.09.2017, 00:01   Des millions de déficit annoncés pour l’Etat

Par ats

Le projet de budget 2018 de l’Etat de Genève prévoit un déficit de 261,4 millions de francs. «Ce n’est ni réjouissant ni satisfaisant», a déclaré le ministre des Finances Serge Dal Busco. L’exécutif a cherché à contenir les charges tout en préservant les prestations.

La croissance des charges est...

Le projet de budget 2018 de l’Etat de Genève prévoit un déficit de 261,4 millions de francs. «Ce n’est ni réjouissant ni satisfaisant», a déclaré le ministre des Finances Serge Dal Busco. L’exécutif a cherché à contenir les charges tout en préservant les prestations.

La croissance des charges est liée à des obligations légales et aux évolutions démographiques et sociales. La contribution de Genève à la péréquation financière intercantonale augmente encore de 43 millions, pour atteindre près de 300 millions de contribution nette. «La première dépense des Genevois est pour d’autres cantons», a souligné le conseiller d’Etat Antonio Hodgers.

Le projet de budget prévoit une hausse des charges de fonctionnement de 1,9%, dans la moyenne des exercices précédents. En revanche, il table sur une baisse des revenus fiscaux globaux de 72 millions par rapport au budget 2017. Les prévisions seront actualisées en octobre. Différentes mesures permettent des économies de 101 millions en 2018, pour un total cumulé de 470 millions depuis 2015.

Convaincre les députés

Le Conseil d’Etat maintient les investissements à un niveau élevé, soit 770 millions nets, essentiellement dans la mobilité et la formation. Mais leur niveau d’autofinancement ne devrait être assuré qu’à 31%. L’endettement moyen de 11,6 milliards de francs en 2016 pourrait donc augmenter à nouveau, après avoir baissé d’un milliard entre 2014 et 2016.

De grands défis attendent le canton, a rappelé le président du Conseil d’Etat François Longchamp. Il s’agit de l’assainissement de la Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève et de la réforme de la fiscalité des entreprises. Une réflexion sur la contribution des communes est indispensable, selon lui. Dans l’immédiat, l’exécutif devra convaincre le Grand Conseil d’adopter son projet de budget. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top