19.01.2017, 00:01  

Ben Affleck a la gueule de bois

Abonnés
chargement
Le tailleur ne suffit pas…
Par raphaël chevalley

de Ben Affleck avec Ben Affleck, Zoe Saldana, Elle Fanning…

Durée: 2h09

Age légal/conseillé: 16/16 ans.

Réalisateur, Ben Affleck aime s’attribuer le premier rôle dans des thrillers au classicisme assumé, qui se révèlent d’excellente facture. Passé derrière la caméra en 2007, l’acteur natif du Massachusetts avait transposé de façon remarquable dans «Gone Baby Gone», un polar de l’écrivain Dennis Lehane,...

de Ben Affleck avec Ben Affleck, Zoe Saldana, Elle Fanning…

Durée: 2h09

Age légal/conseillé: 16/16 ans.

Réalisateur, Ben Affleck aime s’attribuer le premier rôle dans des thrillers au classicisme assumé, qui se révèlent d’excellente facture. Passé derrière la caméra en 2007, l’acteur natif du Massachusetts avait transposé de façon remarquable dans «Gone Baby Gone», un polar de l’écrivain Dennis Lehane, dont Clint Eastwood avait déjà adapté «Mystic River». Après «The Town», un film de braquage efficace comme on n’en fait plus, et «Argo», un thriller politique à l’ancienne, le cinéaste nous livre aujourd’hui une adaptation d’un roman de Lehane intitulé «Ils vivent la nuit». «Live by Night», le film d’ambiance qui en résulte, s’avère monotone et verbeux.

A Boston, au temps de la prohibition, tandis que la guerre entre les gangs irlandais et siciliens fait rage, le jeune Joe Coughlin, fils de commissaire, est déterminé à devenir un hors-la-loi. Amant de la maîtresse d’un caïd, il est livré à la police et à son propre père à la suite d’un braquage foireux. A sa sortie de prison, Joe quitte Boston pour la Floride. Sous la houlette d’un parrain qu’il prend pour son père spirituel, il met la main sur le rhum importé illégalement de Cuba et tombe de nouveau amoureux…

S’appliquant à reconstituer les années 1920 à grand renfort de Cadillac et de borsalinos, Ben Affleck en livre une représentation romantique ripolinée. Une fois l’ambiance posée et reposée, il tente de restituer les enjeux sociaux et raciaux de l’époque à travers la corruption des mafieux et les exactions du Ku Klux Klan, que Joe va contrer de manière impassible. Las, malgré quelques coups de mitraillette, «Live by Night» multiplie les scènes dialoguées pour expliquer et réexpliquer ces enjeux, ainsi que les histoires d’amour du héros et son complexe d’Œdipe. raphaël chevalley


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour la lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top