09.02.2017, 00:01  

La foi est une affaire personnelle

Abonnés
chargement
1/2  
Par vincent adatte

«SILENCE» - Deux pères jésuites à l’épreuve de leur conviction dans le Japon du XVII

Immense cinéaste, Martin Scorsese est un créateur dont l’œuvre est hantée par la manière dont la violence entache la condition humaine. Il y apparie un besoin presque désespérant de spiritualité. Catholique, croyant pétri de doute, Scorsese avait déjà abordé frontalement cette contradiction avec «La dernière tentation du Christ» (1988) et son protagoniste qui choisit de mourir pour les hommes...

Immense cinéaste, Martin Scorsese est un créateur dont l’œuvre est hantée par la manière dont la violence entache la condition humaine. Il y apparie un besoin presque désespérant de spiritualité. Catholique, croyant pétri de doute, Scorsese avait déjà abordé frontalement cette contradiction avec «La dernière tentation du Christ» (1988) et son protagoniste qui choisit de mourir pour les hommes sans être forcément Dieu pour autant.

Un film-fleuve

Le réalisateur du «Loup de Wall Street» (2013) récidive aujourd’hui avec «Silence», un projet qu’il dit avoir porté en lui pendant près de vingt ans. Vingt-quatrième long métrage de son auteur, ce film-fleuve de 2h41 est tiré du roman éponyme de Shusaku Endo, un écrivain japonais, lui aussi de confession catholique.

L’épreuve du «fumi-e»

En 1638, deux jésuites portugais, Sebastião Rodriguez (Andrew Garfield) et Francisco Garupe (Adam Driver) partent au Japon à la recherche du père Cristóvão Ferreira (Liam Neeson), qui aurait renoncé à sa foi jusqu’à devenir bouddhiste, ce qu’ils peinent à croire. Leur mission est des plus périlleuses.

En effet, depuis 1614, le christianisme est frappé d’interdit, le shogunat Tokuwaga craignant une invasion ibérique sous couvert d’évangélisation, comme cela s’était passé au Nouveau Monde et aux plus proches Philippines. Pour confondre les chrétiens cachés, la police soumet toutes les personnes qu’elle soupçonne à l’épreuve du «fumi-e», les obligeant à piétiner une image du Christ. Celles et ceux qui s’y refusent sont torturés à mort.

Aucune gloire

Les deux pères commencent à enquêter, en rencontrant des convertis qui les accueillent avec une ferveur qui croît jusqu’au malaise, dès lors que ces «malheureux» sont en butte à la répression de l’Inquisiteur (formidable Issey Ogata). Capturé, Rodriguez est contraint d’assister aux tortures raffinées infligées à ses ouailles et doit bientôt concéder qu’il n’y a aucune gloire dans ces martyres…

Une affaire personnelle

Mais «Silence» prend des hauteurs vertigineuses au moment où il confronte le père Ferreira, qui aurait soi-disant apostasié, à son suiveur ébranlé. Avec un respect et une intelligence rares, Scorsese démontre alors que la foi est une affaire personnelle: au-delà de la personne qui croit, il n’y a que le silence, à commencer par celui, écrasant, de son ou de ses dieux. A l’heure de toutes les intolérances, cela vaut la peine d’être répété.

de Martin Scorsese

avec Andrew Garfield, Adam Driver, Liam Neeson… Durée: 2h41

Age légal/conseillé: 16/16 ans.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour la lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top