09.02.2017, 00:01  

Un petit frère formidable d’intériorité

Abonnés
chargement
A chacun son deuil, à chacun son costume…

 09.02.2017, 00:01   Un petit frère formidable d’intériorité

Par raphaël chevalley

Méconnu sous nos latitudes, l’écrivain de théâtre et de cinéma new-yorkais Kenneth Lonergan poursuit une filmographie aussi rare que passionnante et singulière. Coscénariste de «Gangs of New York» de Scorsese, Lonergan est passé à la réalisation avec «Tu peux compter sur moi» (2000), sur la relation complexe de deux orphelins, puis «Margaret» (2011), l’histoire d’une adolescente impliquée...

Méconnu sous nos latitudes, l’écrivain de théâtre et de cinéma new-yorkais Kenneth Lonergan poursuit une filmographie aussi rare que passionnante et singulière. Coscénariste de «Gangs of New York» de Scorsese, Lonergan est passé à la réalisation avec «Tu peux compter sur moi» (2000), sur la relation complexe de deux orphelins, puis «Margaret» (2011), l’histoire d’une adolescente impliquée dans un décès. Avec «Manchester by the Sea», le cinéaste nous plonge une nouvelle fois dans le quotidien de personnages qui tentent de se reconstruire après un événement tragique.

Gardien d’immeuble à Boston, Lee Chandler (Casey Affleck) passe ses journées à sortir les poubelles, déblayer la neige et réparer les plomberies de locataires peu reconnaissants. Un jour, il apprend que son grand frère est décédé et se rend à Manchester-by-the-Sea, sa ville portuaire natale. Désigné comme tuteur de Patrick, son neveu de 16 ans (Lucas Hedges), le petit frère du disparu tente de faire face à la situation, mais le passé le rattrape…

Suivant Lee et Patrick de la morgue aux pompes funèbres en les berçant d’une musique de chœurs d’enfants et en les baignant de lumière hivernale, Kenneth Lonergan fait preuve d’une beauté classique et d’un lyrisme envoûtants. Par le biais de flash-back sur les traumatismes du passé, le cinéaste étire le temps de manière à traiter chaque moment avec une intensité formidable. Grâce à cette mise en scène judicieuse, il évite le mélo tire-larmes et confère à son film une amplitude intimiste lui permettant de décrire le deuil et les liens familiaux avec une grande justesse. Dans le rôle principal de celui qui tente de surmonter l’insurmontable, Casey Affleck est superbe d’émotions rentrées. En résulte un film poignant qui pourrait valoir un Oscar à l’acteur. raphaël chevalley

de Kenneth Lonergan

avec Casey Affleck, Michelle Williams, Kyle Chandler… Durée: 2h18

Age légal/conseillé: 12/14 ans.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top