02.02.2017, 10:46  

Football: jouer de la tête augmenterait le risque de commotions cérébrales

chargement
Les têtes seraient néfastes pour la tête.

football - Une étude affirme que les footballeurs adeptes des têtes sont plus enclins à souffrir de commotions cérébrales. Les symptômes vont des légers maux de tête à des étourdissements, voire à une perte de connaissance.

Les joueurs de football qui font souvent des têtes présentent trois fois plus de symptômes de commotion cérébrale que ceux en faisant peu, a déterminé une étude aux Etats-Unis.

"Ces résultats montrent que frapper le ballon de la tête est effectivement lié à des symptômes de commotions, contrairement aux conclusions d'une récente étude qui avait attribué ces symptômes à des chocs à la tête" entre joueurs, relève le Dr Michael Lipton de la faculté de médecine Albert Einstein à New York.

Cette étude publiée dans la revue Neurology a été menée auprès de 222 adultes jouant au football en amateur, dont 79% étaient des hommes. Les participants ont indiqué dans un questionnaire en ligne leur fréquence de têtes en match ou en entraînement au cours des deux précédentes semaines, les symptômes de commotion et les impacts accidentels avec la tête d'un autre joueur.

La fréquence maximale a atteint jusqu'à 125 fois en moyenne en deux semaines, et la minimale seulement quatre. Un grand nombre de ceux faisant souvent des têtes ont signalé des symptômes classiques de commotions cérébrales, comme des céphalées, des étourdissements et de la confusion mentale même si ce traumatisme n'a pas été identifié chez eux, précisent les chercheurs.

Les plus grands adeptes ont trois fois plus de risque de présenter des symptômes de commotion, a déterminé l'étude, précisant que cela pouvait aller de légers maux de tête à des étourdissements, voire à une perte de connaissance.

Quelque 20% des participants ont fait part de symptômes dont l'intensité variait de modérée à très sévère. Selon les scientifiques, ces symptômes sont aussi "fortement liés à des chocs accidentels de la tête entre joueurs et le fait de réaliser souvent des têtes est un facteur distinct de risque de commotion".

ATS

À lire aussi...

Coup durFootball: Philippe Montandon, capitaine de St-Gall, dit stop après sa 8e commotion!Football: Philippe Montandon, capitaine de St-Gall, dit stop après sa 8e commotion!

La commotion de trop pour Montandon

La 8e commotion aura été celle de trop pour Philippe Montandon. Le capitaine du FC St-Gall, 32 ans, doit mettre un...

  13.01.2015 11:38

EtudeAccidents: une commotion cérébrale triplerait le risque de suicideAccidents: une commotion cérébrale triplerait le risque de suicide

footballMondial 2014: commotion cérébrale pour Steve von BergenMondial 2014: commotion cérébrale pour Steve von Bergen

Top