15.02.2017, 13:36  

Le télétravail est productif, mais peut être nocif pour la santé en cas d'excès

chargement
Le télétravail devrait s'étendre plus rapidement ces prochaines années.

 15.02.2017, 13:36   Le télétravail est productif, mais peut être nocif pour la santé en cas d'excès

Travail - Grâce aux nouvelles technologies, travailler depuis son domicile se démocratise et présente nombre d'avantages. Moins de déplacements, coûts des locaux réduits, et productivité accrue. Mais attention, sans limites claires, l'employé travaille trop longtemps et les problèmes de santé sont accrus.

Le télétravail augmente la productivité grâce à davantage de flexibilité et d'autonomie. Mais il renforce aussi la durée de travail, souvent sans paiement des heures supplémentaires, et les risques pour la santé, indique un rapport publié mercredi par l'OIT à Genève.

Le télétravail augmente de manière différente selon les pays, ont affirmé devant la presse les responsable de cette étude qui porte sur dix pays de l'Union européenne (UE) mais aussi les Etats-Unis, l'Argentine, le Brésil, l'Inde et le Japon. En Europe, la part la plus importante est constatée en Finlande, aux Pays-Bas et en Suède. Le Japon et les Etats-Unis recourent aussi largement à ce type de travail.

La pratique devient de plus en plus importante avec les nouvelles technologies. Elle peut atteindre jusqu'à 40% en fonction du pays, de la fonction, du secteur et de la régularité.

"Cela va s'étendre plus rapidement" dans les prochaines années, estime un responsable de l'Organisation internationale du travail (OIT). Le rapport doit permettre de réfléchir aux "défis de l'avenir du travail".

Certaines difficultés

Les nouveaux emplois favorisent cet instrument, mais d'autres demandent une présence sur le site de l'entreprise. La majorité des salariés n'utilisent que partiellement le télétravail.

Parmi les conséquences, les employés à distance travaillent davantage que les autres, par exemple quatre heures par semaine en moyenne au Japon. Autre difficulté, l'intensité de l'activité est plus forte et peut provoquer des problèmes de santé. Des pathologies sont 50% ou même deux fois supérieures auprès de ces salariés.

Ceux qui travaillent régulièrement chez eux sont moins touchés que ceux qui ont recours très occasionnellement au télétravail ou sont "très mobiles". En Europe, 5% des employés sont "très fortement" menacés par des conséquences.

Pour autant, chaque entreprise devrait permettre un télétravail "quelques jours par semaine", pas plus de trois pour éviter notamment la déconnexion avec les autres collaborateurs, dit le responsable de l'OIT. La productivité et l'autonomie de l'employé est renforcée. Le télétravail permet aussi de réduire la dimension des bureaux et des coûts associés.

Utilisé par les hommes

Il est plus fréquent chez les dirigeants mais également présent auprès du personnel de bureau et les responsables commerciaux d'une entreprise. Il est "parfois" souhaité par les sociétés, parfois par les employés.

Les hommes recourent davantage au télétravail que les femmes mais celles-ci l'utilisent davantage chez elles par rapport aux hommes. Elles travaillent moins longtemps et sont moins affectées par les conséquences. Par ailleurs, le télétravail peut améliorer la participation des travailleurs âgés, des jeunes mères ou des personnes handicapées à l'emploi.

L'OIT recommande un télétravail partiel, des restrictions aux tâches supplémentaires informelles, une adaptation des lois sur la santé ou des règlements sur les heures supplémentaires. Elle demande aussi une sensibilisation des patrons et des employés ou encore des législations ou des accords sur le télétravail.

Plusieurs pays ont pris des mesures ou établi des principes. Certaines entreprises prévoient déjà la fermeture de serveurs en dehors des heures de travail pour éviter les courriels.

ATS

À lire aussi...

EmploiLe télétravail reste exceptionnel en SuisseLe télétravail reste exceptionnel en Suisse

TravailSept grandes entreprises suisses s'engagent pour favoriser le télétravailSept grandes entreprises suisses s'engagent pour favoriser le télétravail

Top