07.10.2017, 20:45  

Cossonay: les deux navettes autonomes, qui devraient bientôt circuler dans le bourg, vedettes du comptoir

Abonnés
chargement
1/4  

 07.10.2017, 20:45   Cossonay: les deux navettes autonomes, qui devraient bientôt circuler dans le bourg, vedettes du comptoir

Mobilité - Les MBC (Transports de la région Morges Bière Cossonay) présentent leurs petites merveilles technologiques à Expo de Coss. En vrai, elles devraient rouler dès le mois de décembre.

«Elle a une bonne bouille», s’enthousiasme François Gatabin, directeur des Transports de la région Morges Bière Cossonay (MBC). Et de jolies formes aérodynamiques avec, sur un de ses flancs, la silhouette de la ville de Cossonay. Tous les ingrédients pour conquérir la population et se faire adopter par elle. D’ailleurs, les MBC ont lancé un concours pour donner un petit nom aux deux véhicules 100% électriques et autonomes que...

«Elle a une bonne bouille», s’enthousiasme François Gatabin, directeur des Transports de la région Morges Bière Cossonay (MBC). Et de jolies formes aérodynamiques avec, sur un de ses flancs, la silhouette de la ville de Cossonay. Tous les ingrédients pour conquérir la population et se faire adopter par elle. D’ailleurs, les MBC ont lancé un concours pour donner un petit nom aux deux véhicules 100% électriques et autonomes que l’entreprise vient d’acquérir pour un peu plus d’un demi-million.
Les habitants de Cossonay et de toute la région ont l’occasion de faire connaissance avec ces deux navettes autonomes qui devraient bientôt circuler dans le bourg. Une première dans le canton de Vaud. «L’objectif est de les mettre en service le 10 décembre au changement d’horaire», explique le directeur. L’entreprise n’a pas encore obtenu l’autorisation de la part de l’Office fédéral des routes (Ofrou), mais les démarches sont en cours. Après le comptoir, les deux véhicules seront soumis à une visite technique et immatriculés, les trajets programmés puis des tests sans passagers effectués.
Un groom à bord
Les deux navettes feront chacune une boucle d’environ 1,7 km avec huit arrêts au départ de la gare du funiculaire de Cossonay-Ville. L’une ira en Vieille Ville, l’autre passera par le Pré-aux-Moines, les commerces et les quartiers d’habitation du sud de la commune. Chacune peut accueillir 11 places assises et 4 debout. Elles circuleront de 6h45 à 19h15, du lundi au vendredi, la cadence étant de 15 à 20 minutes. L’objectif est qu’à l’avenir elles roulent pendant toute la durée de circulation du funiculaire.
Les deux moyens de transports robotisés, construits en France et commercialisés par Navya à Lyon, sont autonomes, mais la législation en vigueur n’autorise pas pour l’heure que les navettes circulent sans chauffeur. Un accompagnateur sera présent durant les deux ans que durera la phase de test à Cossonay. «Nous espérons que les choses avancent rapidement au niveau législatif afin que, dans deux ans, les navettes puissent vraiment circuler de façon autonome», relève le directeur des MBC. L’objectif n’est pas, par contre, de remplacer les lignes existantes. Les tests en cours à Sion (VS) et à Marly (FR) et ceux à venir de Cossonay vont dans ce sens de faire avancer le processus législatif. Et, selon François Gatabin, Saint-Prex et Saint-Sulpice seraient intéressées à offrir cette innovation dans leur commune.
Un pari à gagner
Tout à son enthousiasme face à ces deux merveilles technologiques, autonomes durant 130 km et 9h, François Gatabin reconnaît toutefois que le projet relève également du défi: «Au début, on va bien rigoler!» Les navettes sont bridées à 25km/h et devront s’insérer dans un trafic parfois intense, sans compter les deux ronds-points présents sur le trajet. «Et la navette est polie, ajoute le directeur, elle interrompt sa trajectoire pour laisser le passage!». Sans compter qu’elle a tendance à s’arrêter au moindre obstacle. La cohabitation entre les navettes (dont la vitesse moyenne de circulation est 10km/h) et les automobilistes fait partie du challenge que les MBC s’apprêtent à relever.
«Elles ne sont qu’un maillon de la chaîne de notre stratégie de mobilité flexible et connectée. Les MBC sont à la pointe et pionniers», s’enthousiasme le directeur. A l’avenir, on pourrait commander une navette depuis son smartphone par exemple.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top