21.04.2017, 00:01  

Elle défendra les saveurs d’ici

Abonnés
chargement
1/3  

 21.04.2017, 00:01   Elle défendra les saveurs d’ici

DIZY - Marie Devenoge est la seule vaudoise à participer à l’émission «Cuisine de chez nous», filmée par les quatre chaînes nationales.

sophie zuber

sophie.zuber@lacote.ch

«En acceptant de participer à cette émission, je ne me rendais pas compte que cela allait impliquer autant de temps, mais cela en vaut la peine.» Cette semaine, une équipe formée d’un réalisateur, d’un caméraman et d’une preneuse de son de la RTS s’est invitée dans la ferme de Marie Devenoge à Dizy. Seule candidate vaudoise de cette...

sophie zuber

sophie.zuber@lacote.ch

«En acceptant de participer à cette émission, je ne me rendais pas compte que cela allait impliquer autant de temps, mais cela en vaut la peine.» Cette semaine, une équipe formée d’un réalisateur, d’un caméraman et d’une preneuse de son de la RTS s’est invitée dans la ferme de Marie Devenoge à Dizy. Seule candidate vaudoise de cette troisième saison de «Cuisine de chez nous», cette native d’Eclépens est sur le point de faire découvrir son quotidien et ses talents culinaires à six autres participants venus de toute la Suisse. Au cours de cette compétition, tous se rendront tour à tour aux quatre coins du pays pour déguster et noter un repas typique de la région de leur hôte (lire encadré).

Avant-hier, nous vivions le troisième jour de tournage en compagnie de Marie. Dirigée par une équipe qu’elle tutoie déjà, la maîtresse de maison n’a eu aucun mal à effectuer les mouvements pour les diverses prises de vue qui constitueront le reportage. «J’admire le travail qu’ils opèrent et je les adore», sourit-elle en mentionnant le trio avec qui elle est amenée à travailler. Le regard sur ses champs et la caméra braquée sur son visage, la paysanne confie : «Mon rôle à la ferme est multiple. Par-dessus tout, j’aime faire à manger à toute la famille.» Pétillante, au caractère affirmé, elle est soutenue de près par son mari Jean-Luc et son neveu Cyprien, qui s’apprête petit à petit à reprendre l’exploitation laitière. Plus tard dans la journée, la participante a amené l’équipe à découvrir les hauts du district, dont le Musée du cheval à La Sarraz.

Repas dans la grange familiale

Choisie par la production, Marie a tout de la candidate idéale: «Au-delà de ses qualités humaines et culinaires, elle se débrouille très bien en allemand. Ce qui est plus que conseillé pour répondre aux invitations de ses concurrents», explique Yann-Olivier Wicht, réalisateur. Un exercice auquel elle s’est déjà prêtée il y a quelques jours dans le canton de Lucerne. Ce samedi, secondée par sa sœur jumelle en cuisine, c’est au tour de Marie d’accueillir ses pairs devant les caméras. La grange familiale a été aménagée pour l’événement. «Je leur proposerai des mets simples et élaborés avec des produits locaux, car c’est ainsi que l’on mange ici», souligne celle qui fabrique son pain et ses yaourts elle-même.

Si le menu qu’elle présentera n’est pas connu avant la diffusion de l’émission, le plat principal sera accompagné de beurre de truffes que sa chienne aura déniché dans les environs. «Tout est prêt pour les régaler», confie-t-elle sous l’œil de «Passetout», cheval qui sera aussi mis à contribution pour accueillir les autres candidats en calèche.

Sur tout le territoire

Depuis 2015, la RTS propose conjointement avec SRF, RSI et RTR la première compétition culinaire à l’échelle nationale. Cette année, deux Romands participent à l’aventure, aux côtés de trois Alémaniques, un Tessinois et un Grison. L’émission, diffusée sur tout le territoire helvétique, couronnera le meilleur cordon-bleu du monde agricole. La somme d’argent qui sera allouée au gagnant de cette troisième saison n’est pas encore connue. A suivre dès mercredi 12 juillet à 20h10 sur RTS Un.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top