06.10.2017, 00:01  

Les élus ovationnent leur Nobel

Abonnés
chargement
En chemise bleue, au centre, Jacques Dubochet est applaudi avec enthousiasme par le Conseil communal, unanime à saluer ses mérites.

 06.10.2017, 00:01   Les élus ovationnent leur Nobel

MORGES - Colauréat du Nobel de chimie et élu au délibérant local, Jacques Dubochet a été acclamé par l’assemblée, debout.

martine rochat

martine.rochat@lacote.ch

«Bienvenue ma chère, ça fait plaisir de vous voir!» Ce salut chaleureux, assorti d’un sourire dans une barbe blanche de Papa Noël, n’appartient pas à n’importe qui. C’est ainsi, en effet, que Jacques Dubochet, colauréat du Nobel de chimie 2017, accueille la journaliste, venue assister au Conseil communal, dont il est un élu actif.

Assailli par les médias

A ce...

martine rochat

martine.rochat@lacote.ch

«Bienvenue ma chère, ça fait plaisir de vous voir!» Ce salut chaleureux, assorti d’un sourire dans une barbe blanche de Papa Noël, n’appartient pas à n’importe qui. C’est ainsi, en effet, que Jacques Dubochet, colauréat du Nobel de chimie 2017, accueille la journaliste, venue assister au Conseil communal, dont il est un élu actif.

Assailli par les médias

A ce titre, celui qui siège depuis deux législatures chez les socialistes et indépendants de gauche (PSIG) ne manquerait, pour rien au monde, la séance traditionnelle du premier mercredi du mois. La soirée, une fois n’est pas coutume, a lieu sous surveillance policière. Deux agents de Police Région Morges sont là pour garantir la régularité des débats et prévenir tout débordement des médias. A leur entrée dans le foyer de Beausobre, les conseillers communaux sont, de fait, assaillis par une meute de journalistes, de cameramen et de photographes qui «shootent» à tout va.

«J’ai inventé l’eau froide!»

Le silence se fait, cependant, dès le début de l’appel par la secrétaire. A l’audition de son nom, Jacques Dubochet semble hésiter. «Euh... oui, présent!» Une réponse immédiatement saluée d’une longue et enthousiaste salve d’applaudissements par l’assemblée, debout. «Ce Nobel est une erreur», commente-t-il, de sa place, sans aller à la tribune. «C’est faux de mettre une personne seule sur un piédestal, alors que le prix distingue un travail d’équipe.J’ai fait mon boulot de scientifique», avoue-t-il avec humilité. «Mais je suis autant fier d’être Morgien et d’être un homme normal. Je vais le rester, en continuant de m’engager pour la cause publique.» Et comme on l’invite à résumer ses travaux, il réplique par une boutade: «J’ai inventé l’eau froide!». Le plénum se marre, avant l’effort d’attention requis par un sujet ardu. Félicité d’abord par le président Frédéric Vallotton, il l’est après par le syndic Vincent Jaques. «Morges a déjà deux présidentes, du Conseil d’Etat et du Grand Conseil, et maintenant un Nobel. On va fêter ça!», promet-il.

«Simplicité et modestie»

Du côté des conseillers invités à réagir en coulisses, l’unanimité, tous partis confondus, est de mise pour évoquer les qualités de Jacques Dubochet, un esprit brillant et, tout à la fois, un homme simple et discret. «Je suis heureuse de cet honneur pour notre ville», déclare la représentante de l’Entente Catherine Hodel (EM). «Je connais Jacques Dubochet depuis longtemps, mais je n’avais pas vraiment réalisé quelle calure il était». Ex- occupant du «perchoir», le PLR Baptiste Müller se réjouit «d’un événement excellent pour Morges. Je savais qu’il était prof à l’université et chercheur, mais je ne l’imaginais a priori pas en nobélisable.» A son tour, Jean-Hugues Busslinger, son collègue de parti, exprime «sa surprise et son admiration. Je suis heureux de constater, en outre, qu’un Nobel n’est pas seulement quelqu’un qui fait des calculs dans un laboratoire, mais qui est capable de s’investir dans la vie de sa communauté, comme il le fait.» «C’est pas quelqu’un qui se la pète» (sic!),observe Eric Decosterd (EM), qui a le mot de la fin: «Un gars à qui on annonce, à 11h le matin, qu’il a le prix Nobel et qui, le soir, prend la parole au Conseil, il a la modestie naturelle, c’est moi qui vous le dis


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top