06.10.2017, 08:15  

Préverenges: la présidente du Conseil d'Etat Nuria Gorrite honorée par sa commune

Abonnés
chargement
Préverenges a organisé une réception en l'honneur de la conseillère d'Etat Nuria Gorrite, nouvelle présidente du Conseil d'Etat.

 06.10.2017, 08:15   Préverenges: la présidente du Conseil d'Etat Nuria Gorrite honorée par sa commune

Cérémonie La Municipalité a organisé jeudi une réception en l’honneur de Nuria Gorrite, citoyenne de la commune depuis avril 2016 et présidente de l’exécutif vaudois depuis juin.

Qui de Morges ou de Préverenges est sa préférée? Nuria Gorrite, aussi sincère que dotée de tact, répond: «L’amour a cette capacité extraordinaire de pouvoir s’additionner: je suis Vaudoise, Morgienne et Préverengeoise», déclarait-elle en aparté alors que la partie officielle n’avait pas encore débuté. Jeudi soir, la Municipalité a souhaité organiser une réception en l’honneur de la citoyenne de Préverenges, établie dans la commune depuis août 2016, et fraîchement élue présidente du Conseil d’Etat.

Lors de la partie officielle, la conseillère d’Etat a...

Qui de Morges ou de Préverenges est sa préférée? Nuria Gorrite, aussi sincère que dotée de tact, répond: «L’amour a cette capacité extraordinaire de pouvoir s’additionner: je suis Vaudoise, Morgienne et Préverengeoise», déclarait-elle en aparté alors que la partie officielle n’avait pas encore débuté. Jeudi soir, la Municipalité a souhaité organiser une réception en l’honneur de la citoyenne de Préverenges, établie dans la commune depuis août 2016, et fraîchement élue présidente du Conseil d’Etat.

Lors de la partie officielle, la conseillère d’Etat a précisé: «J’ai récemment déclaré à Darius Rochebin que je me considérais comme étant 100% Espagnole et 100% Suissesse, je n’ai donc nulle difficulté à me déclarer 100% Morgienne et 100% Préverengeoise. Jacques Dubochet (prix Nobel de chimie, ndlr) me pardonnera cette façon de calculer».

Prochaine Reine de l'Abbaye?

La nouvelle présidente de l’exécutif vaudois ne cache pas que La Coquette restera gravée dans son cœur, en raison des nombreux engagements qu’elle y a pris, d’une certaine fidélité à cette ville, des liens tissés et du temps qu’elle y a passé. A Préverenges, ajoute-t-elle, «j’ai été très bien accueillie. C’est une commune vivante qui n’a rien d’une cité dortoir et je m’y suis intégrée rapidement.»

 


"C’est une commune vivante qui n’a rien d’une cité dortoir"


Comme toute nouvelle habitante, elle a participé à la soirée des nouveaux habitants. Et lors de son discours officiel, elle a souligné avec humour un de ses autres engagements: «Moi gauchiste et citoyenne, j’ai adhéré à l’Abbaye des agriculteurs! Mon but ultime, après la syndicature à Morges et le Conseil d’Etat, c’est d’être la prochaine reine de l’Abbaye!»

En associant la population, la Municipalité a répondu à un vœu non formulé par Nuria Gorrite mais cher à son cœur: faire de cet événement un moment de partage avec les citoyens avant tout. Tous les Préverengeois, et pas seulement les officiels, ont été conviés. L’occasion de vérifier à quel point elle est populaire. Difficile de l’approcher tellement chaque citoyen tenait à lui souhaiter la bienvenue. Il faut dire qu’elle connaissait déjà la plupart, les côtoyant, notamment, lors de ses fréquentes balades avec son chien.

Rivalité avec Morges?

Du côté de la Municipalité, l’étiquette de Morgienne que l’on colle sans cesse à Nuria Gorrite agace-t-elle? La cérémonie avait-elle des airs de revendication ? «Pas du tout! répond le syndic Guy Delacrétaz. Nous sommes très honorés qu’elle ait choisi Préverenges et fiers qu’elle soit une de nos citoyennes.»

Le syndic a toutefois souligné avec humour à quel point l’air de Préverenges avait des propriétés magiques sur ses habitants et ses élus. Nuria Gorrite, depuis qu’elle y habite, a été réélue brillamment au Conseil d’Etat, puis a accédé à la présidence de l’exécutif vaudois, première femme élue à cette fonction.

Un précédent au Conseil d'Etat

Préverenges a précisément déjà donné naissance à un conseiller d’Etat mais c’était il y a fort longtemps. Louis-Henri Delarageaz a siégé à l’exécutif vaudois dès 1845, où il est resté durant 29 ans, un des plus longs mandats de l’histoire vaudoise. L’homme politique a été dans les discours tant du syndic des lieux que de Nuria Gorrite qui lui ont rendu hommage.

Une longévité qui semble une caractéristique préverengeoise de l’avis du syndic. «J’espère que vous resterez durablement dans notre commune », a conclu Guy Delacrétaz en s’adressant à Nuria Gorrite.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top