14.09.2017, 00:01  

Un pas de plus vers la fusion à trois

Abonnés
chargement

 14.09.2017, 00:01   Un pas de plus vers la fusion à trois

TARTEGNIN - Le Conseil a validé la demande de crédit utile aux travaux d’études pour le projet de fusion autour de Rolle.

Après Rolle la semaine dernière, les Tartevinois ont validé à une large majorité la demande de crédit pour la première étape du projet de fusion entre Rolle, Essertines-sur-Rolle et Tartegnin. Le montant total octroyé par les trois communes (200 000 ...

Après Rolle la semaine dernière, les Tartevinois ont validé à une large majorité la demande de crédit pour la première étape du projet de fusion entre Rolle, Essertines-sur-Rolle et Tartegnin. Le montant total octroyé par les trois communes (200 000 francs) permettra de rémunérer le chargé de mission engagé et d’encadrer les travaux des dix groupes de travail qui vont plancher plus d’une année sur les dix thématiques définies au préalable. Au terme de ceux-ci, un rapport final de synthèse sera établi et servira à l’établissement d’une convention de fusion. Le montant octroyé est destiné aussi à la communication et aux événements.

Sur les 48 membres présents mardi soir à Tartegnin, cinq ont voté non et cinq se sont abstenus. L’objet étant financier, il n’était pas l’heure de revenir sur le bien-fondé du processus de rapprochement, dont le principe a été approuvé en décembre 2015.

Les questions ont notamment porté sur la clé de répartition choisie. Pour Tartegnin, le crédit octroyé s’élève à 35 000 francs, pour Rolle à 100 000 francs, tandis qu’Essertines-sur-Rolle se prononcera prochainement sur un montant de 65 000 francs. Le conseiller général François Munier a fait remarquer que si l’on divisait cette somme par le nombre d’habitants, elle serait plus élevée pour les Tartevinois. «La demande de rapprochement vient d’Essertines sur-Rolle et Tartegnin, a rappelé la syndique Marlyse Dentan. C’est nous qui sommes allés trouver Rolle.»

Le conseiller Pierre-Alain Blanchard, au vu de la charge financière générée par le processus pour une petite commune, a demandé si Tartegnin pourrait compter sur le soutien de l’Etat. Pour l’heure, l’aide financière cantonale n’est accordée que si la fusion aboutit. Mais une aide au démarrage est actuellement à l’étude, le Grand Conseil devrait se prononcer cet automne. «Nous avons bon espoir que les démarches aboutissent et que les 35000francs ne soient qu’une avance», a répondu la syndique.

En marge du Conseil, le petit noyau d’opposants présents ce soir-là a livré quelques-uns de ses arguments phares: la crainte que le village ne perde son identité et le lien social de proximité qui prévaut, sans compter la perte de représentativité et d’autonomie décisionnelle au sein d’une grande commune composée d’une majorité de Rollois, politisés qui plus est. Les opposants ne se disent pas convaincus par l’argument financier avancé par l’exécutif. «Ce sont surtout les jeunes, les moins de 30ans, qui sont opposés à la fusion», a affirmé Albin Quiblier. Des arguments dont la syndique souhaiterait débattre avec eux. «La fusion est une solution d’avenir pour Tartegnin», estime l’élue. JOL


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top