13.06.2017, 16:22  

Une bâtisse de rêve aux enchères sur le web

chargement
1/5  

PRANGINS - Jeudi, l’intriguant Château de Promenthoux fera l’objet d’une vente à l’encan sur Internet. Une première en Suisse pour un bâtiment de cet acabit.

C’est une demeure imposante, sise au bord du Léman, qui a de quoi faire rêver. Dix chambres à coucher, huit salles de bain, cinq pièces de réception et une bibliothèque. Le tout disposé sur quatre étages surplombant le lac. Sans oublier un parc de plus de 36 000m2 et un port privé.

Pas de doute, la villa «Les Bleuets» plus connue sous le nom de «Château de Promenthoux» est une bâtisse d’exception. Construite à la fin du 19e siècle, elle figure d’ailleurs à l’inventaire des biens culturels d’importance nationale. Aujourd’hui, elle est en quête d’un nouveau propriétaire. Ceci après avoir appartenu à une même famille durant près de cinquante ans. Difficile d’en savoir plus à son sujet, les membres de cette dernière ne souhaitant pas s’exprimer dans les médias.

Une vente inédite

En revanche, l’on sait que cette bâtisse fera l’objet d‘une vente aux enchères qui débutera ce jeudi, à 16h. L’opération est d’autant plus étonnante qu’elle se déroulera exclusivement sur Internet. Plus précisément via le site et l’application mobile de la société Concierge Auctions. Une enseigne basée à New-York et spécialisée dans les enchères en ligne d’immobilier de luxe.

 A l’étranger, le procédé séduit notamment les célébrités, puisqu’il leur permet de participer à des mises à l’encan en conservant l’anonymat. Mais en terres helvétiques ce modus operandi s’avère inédit pour un bien de cette envergure. «C’est la première fois que nous sommes mandatés en Suisse pour une demeure d’un tel niveau de prestige», explique Charlie Smith, représentant de Concierge Auctions en Europe.

 

Allongez les billets!

La vente est ouverte aux participants provenant des quatre coins de la planète. Toutefois, Charlie Smith s’attend à ce qu’elle «attire l’attention de financiers ou d’hommes d’affaires basés en Suisse.» Dans tous les cas, c’est peu dire que celui qui voudra remporter la mise devra être fortuné. Si Concierge Auctions indique qu’aucun prix de départ ne sera fixé, l’enseigne révèle toutefois que la dernière offre faite au propriétaire du manoir, il y a quelques années, s’élevait à 48 millions de francs.  

Concrètement, pour participer, les acheteurs potentiels devront poser sur la table la somme de 100 000 francs, en guise de garantie. Un montant que ces derniers pourront récupérer par la suite, si leur offre n’est pas retenue. Puis, derrière leur écran, chaque participant pourra annoncer son prix et éventuellement renchérir.

Une vente aux enchères réservée aux grands privilégiés de ce monde, en résumé. Reste que les acheteurs intéressés seraient plus nombreux qu’on pourrait le penser. Selon une information du quotidien «24heures», quelque 450 personnes avaient en effet déjà manifesté leur intérêt en fin de semaine dernière. 

L’héritage d’une riche famille britannique

Quelle est l’histoire de ce château, que les quidams ne peuvent approcher que par bateau? Pour le savoir, il faut remonter jusqu’à la fin du XIXe siècle, dans le domaine de la haute-couture parisienne. Dans ce milieu, c’était alors la famille Worth, venue de Grand-Bretagne, qui dominait le marché. Elle y avait fait fortune avec sa marque «House of Worth».

C’est Jean-Philippe Worth (1856-1926), fils du fondateur de l’entreprise, qui fit construire la bâtisse de Promenthoux. Pour ce faire, il mandata l’architecte français Stephen Sauvestre (1847-1919). Un bâtisseur de renom connu pour avoir participé à la conception de la Tour Eiffel. Le manoir pranginois des Worth fut ainsi érigé entre 1897 et 1898. A l’origine, il n’était pas doté d’un port privé. Ce dernier n’a en effet été contruit qu’à la fin des années 40.


Top