02.10.2017, 00:01  

Une grande première pour Maude Mathys

Abonnés
chargement
Le triomphe de Maude Mathys dimanche à Fribourg.

 02.10.2017, 00:01   Une grande première pour Maude Mathys

Par ats

Maude Mathys a survolé Morat - Fribourg en s’imposant en 1h00’17 devant la Kényane Lucy Wambui, championne du monde des courses de montagne. La Vaudoise est la troisième Suissesse à remporter la classique commémorative ces vingt dernières années, après Franziska Rochat-Moser et Martina Strähl (chacune à deux reprises).

Maude Mathys s’est dite, à chaud, à la fois...

Maude Mathys a survolé Morat - Fribourg en s’imposant en 1h00’17 devant la Kényane Lucy Wambui, championne du monde des courses de montagne. La Vaudoise est la troisième Suissesse à remporter la classique commémorative ces vingt dernières années, après Franziska Rochat-Moser et Martina Strähl (chacune à deux reprises).

Maude Mathys s’est dite, à chaud, à la fois «supercontente» et «un peu déçue» de ne pas être descendue sous la fameuse barre de l’heure. Reste qu’elle a signé une performance de haut vol, qui lui ouvre de très intéressantes perspectives sur le marathon, son grand objectif. La coureuse d’Ollon s’est fait connaître sur les épreuves en côte ces derniers mois – elle est championne d’Europe des courses de montagne – mais elle s’affirme maintenant sur route.

«J’avais prévu d’en garder sous le pied pendant 10 km, sans me fixer sur Lucy (ndlr: Wambui, qui menait alors), a déclaré la lauréate. Puis j’ai accéléré en me disant: ‘on verra bien si j’explose’.» Il n’en a rien été. C’est au contraire la Kényane qui a cédé, lâchant près de 2 minutes, tandis qu’une autre Vaudoise, Laura Hrebec, prenait une belle 3e place.

Ce succès survient trois semaines après la victoire de Maude Mathys au très exigeant marathon de la Jungfrau, où elle avait pulvérisé le record de plus de 6’. N’est-elle jamais fatiguée, elle qui a quasiment tout gagné ces derniers mois en côte? «Quand même. Là, je vais observer trois semaines de pause complète, sans sport.» Puis cette mère de deux enfants disputera, pour la première fois, la saison des courses sur route (en ville), comme Bulle ou Sion, sur des distances bien plus courtes. Histoire de gagner encore en vélocité, en vue du grand marathon urbain qu’elle prévoit le printemps prochain.

Sachant que Maude Mathys (30 ans) a couru dimanche 45’’ plus vite que Martina Strähl lors de son succès de l’an dernier, et que la Soleuroise vaut 2h30’58’’ sur marathon, Mathys peut raisonnablement rêver d’un chrono sous 2h30’ sur la distance des 42,195 km, à terme. Elle va délaisser le ski-alpinisme, la discipline de ses débuts en endurance, pour se rapprocher encore du monde de l’athlétisme et viser les JO 2020 à Tokyo.

Triplé éthiopien

Les Ethiopiens ont signé un triplé, avec la victoire d’Alemajehu Wodajo en 54’03, devant Fikru Dadi (54’10) et Temesgen Daba (54’13). Premier Suisse, le Jurassien Jérémy Hunt est arrivé 5e en 55’07, en franchissant la ligne à reculons, ivre de bonheur. «C’est une bonne performance, a glissé Wodajo. Je m’étais bien préparé en Ethiopie et je savais que je pouvais gagner.»

Sur les quelque 7700 participants du parcours classique de 17,17 km, seuls 23 hommes ont couru plus vite que Maude Mathys. Celle-ci a remonté progressivement le peloton masculin, dans la longue foulée du Genevois Alexandre Roch, excellent spécialiste de 5000 m, qui s’est retrouvé «lièvre malgré lui». Son chrono représente le 8e temps féminin de tous les temps, à 1’26 du record de Franziska Rochat-Moser (58’51).

A noter que Maude Mathys s’était retrouvée dans la tourmente il y a deux ans, à la suite de deux contrôles positifs intervenus en mars 2015, aux Mondiaux de ski-alpinisme à Verbier et lors d’une petite course à Ollon. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top