10.10.2016, 16:24  

Alan Roura: "Cela fait une bonne partie de ma vie que je rêve de ce moment"

chargement
Alan Roura lors d'une sortie au large de Lorient.

 10.10.2016, 16:24   Alan Roura: "Cela fait une bonne partie de ma vie que je rêve de ce moment"

Voile - Le 6 novembre, le Versoisien Alan Roura s’alignera au départ du Vendée Globe. Rencontre au large de Lorient.

«Regarde comme il avance, on va balancer encore un peu la quille.» Alan Roura a les yeux qui pétillent et son 60 pieds «La Fabrique» gîte et file à 20 nœuds, laissant à bâbord l’île de Groix. Une météo de rêve, mer plate, 15 nœuds de vent d’est, frais mais régulier propulse le monocoque sous le soleil de Bretagne. Le plus jeune marin du prochain Vendée Globe fignole les sessions d’entraînement et de réglages au large de Lorient.

Alan affiche un profil qui sort des sentiers battus. Malgré son jeune âge, on peut sans autre dire que c’est déjà un vrai marin, lui qui a aligné les milles autour du monde sur le voiler familial «Ludmilla». Il bénéficie d’une solide expérience forgée par plus de 100 000 milles nautiques au compteur, dont 30 000 en solitaire. A 23 ans, il compte cinq traversées de l’Atlantique en solitaire et onze du Pacifique en double et sans pilote automatique.

«Déjà une victoire»

Après avoir participé à une Mini Transat, une Route du Rhum et la transat Jacques Vabre, le Versoisien s’attaque au Vendée Globe au départ des Sables d’Olonne le 6 novembre. Entre deux réglages sur le pont avant, et avec le plus petit budget de la course (environ 350 000 francs suisses), Alan affirme se sentir prêt pour l’Everest de la mer: «Je suis prêt à y aller. Mine de rien, ça fait quand même une bonne partie de ma vie que je rêve de ce moment-là. Maintenant, j’ai le bateau que je voulais et la préparation adéquate. Tout ce que j’avais prévu à la base est là. C’est déjà une victoire d’être au départ. Une des victoires! La première, c’était de réussir à monter ce projet, la deuxième, c’est d’être au départ, la troisième, ce sera de terminer la boucle.»

Par Jean-Guy Python

Papier à retrouver en intégralité dans nos éditions payantes de mardi.


Top