08.02.2012, 10:17  

Coupe Davis: Suisse-Etats-Unis, l'année ou jamais

chargement
Roger Federer n'a plus disputé le premier tour de la Coupe Davis depuis 2004. Si le Bâlois a agendé le rendez-vous de ce week-end à Fribourg contre les Etats-Unis, il compte bien voir la Suisse franchir un palier.
Par ats

Tennis - Vingt ans après la finale perdue par la Suisse face à la «dream team» américaine, l'équipe Suisse peut prendre sa revanche à Fribourg.

2012 sera-t-elle l'année de la Suisse en Coupe Davis ? Vingt ans après la finale perdue par Marc Rosset et Jakob Hlasek à Fort Worth face à la «dream team» américaine, Roger Federer, Stanislas Wawrinka et Cie ont l'occasion d'écrire une nouvelle page de l'histoire du tennis helvétique. L'aventure commence vendredi au Forum Fribourg face aux Etats-Unis.

Ce n'est certainement pas un hasard si Roger Federer, si méticuleux lorsqu'il concocte son calendrier, a réservé de longue date ce premier week-end de février 2012. Le Bâlois n'a plus disputé de 1er tour depuis 2004, lorsqu'il avait mené la Suisse à la victoire en Roumanie une semaine après avoir conquis le titre à l'Open d'Australie ainsi que la première place mondiale.

Les feux sont au vert

Huit ans plus tard, Roger Federer n'est plus «que» le no 3 mondial. Le Bâlois, qui ne comptait alors que deux titres majeures à son palmarès, a porté son total-record à seize et passé au total 285 semaines au sommet de la hiérarchie. Il ne lui reste plus que deux grands défis à relever: conquérir le titre olympique en simple, ce qu'il cherchera à faire cet été sur le gazon de Wimbledon, et soulever le Saladier d'Argent.

Tous les feux sont au vert en 2012, même si le Bâlois affirme ne connaître ni les dates ni les adversaires potentiels des tours suivants. Les Etats-Unis évoluent sans Andy Roddick qui, même s'il n'est guère à l'aise sur terre battue - comme ses compatriotes présents à Fribourg d'ailleurs -, demeure un compétiteur redoutable. Les quarts de finale n'auront pas lieu dans la foulée de la deuxième levée du Grand Chelem à Wimbledon, mais du 6 au 8 avril (au Canada ou en France).

Et l'Espagne, que les Helvètes pourraient retrouver en demi-finale (14-16 septembre), devra vraisemblablement composer sans Rafael Nadal et David Ferrer pendant l'intégralité de la campagne 2012. On imagine cependant volontiers le gaucher majorquin changer d'avis si un tel défi - qui devrait avoir pour cadre le Hallenstadion de Zurich alors qu'une finale à domicile se déroulerait sans doute à Palexpo du 16 au 18 novembre - devait se présenter.

Marquer les esprits

L'équipe de Suisse doit marquer les esprits à Fribourg, où elle part favorite. Mais rien ne sera aisé sur une terre battue plutôt rapide. Sorti dès le 2e tour à Melbourne, Mardy Fish (ATP 8) a beaucoup à se faire pardonner en Coupe Davis: il a perdu ses deux simples (8-6 au cinquième set face à Feliciano Lopez et 7-5 7-6 5-7 7-6 face à David Ferrer) l'an dernier en quart de finale à Austin, précipitant la défaite des siens face à une équipe espagnole pourtant privée de Rafael Nadal.

No 2 américain en simple, John Isner (ATP 17) - qui défiera Roger Federer vendredi - est capable de gêner n'importe quel adversaire grâce aux services surpuissants que ses 2m06 lui permettent d'armer. Même sur terre battue: le natif de la Caroline du Nord a en effet contraint Rafael Nadal lui-même à disputer un cinquième set dans leur duel livré au 1er tour de Roland-Garros l'an dernier. Il sait par ailleurs faire preuve de patience à l'échange, une qualité essentielle sur la terre ocre.

Le point qui manque

La Suisse détient tout de même les clés de cette rencontre. Invaincu depuis quinze matches de simple en Coupe Davis, Roger Federer paraît intouchable pour les deux Américains sur terre battue. Touché à l'épaule gauche à Melbourne, Stanislas Wawrinka (ATP 28) retrouvera pour sa part avec plaisir sa surface de prédilection. Toujours particulièrement motivé en Coupe Davis, il est lui aussi capable de remporter ses deux simples.

Le Vaudois serait d'ailleurs bien avisé de conquérir au moins un point en simple, de préférence dès vendredi face à Mardy Fish, afin d'éviter un cinquième match décisif de tous dangers. Car, même si Bob Bryan n'a pas fait le déplacement en raison de l'accouchement de son épouse, son jumeau Mike sera bel et bien de la partie. Le droitier a déjà fait équipe avec Mardy Fish en double, avec succès. Ce duo avait pris le meilleur sur la paire Lopez/Verdasco sur la terre battue de Madrid en demi-finale de l'édition 2008. Les champions olympiques 2008 sont prévenus.


 


Top