Coronavirus: 2020, année de baisse record pour les migrations dans l’OCDE

L’année 2020 a connu un effondrement inédit d’au moins 30% des flux migratoires vers les pays de l’OCDE. La pandémie a également «mis fin à dix années d’amélioration» pour les immigrés sur le marché du travail, a annoncé jeudi l’organisation internationale.
28 oct. 2021, 11:52
/ Màj. le 28 oct. 2021 à 11:52
La migration et la mobilité internationales ont été sévèrement perturbées par la crise sanitaire (illustration).

«La crise du Covid-19 a entraîné la plus forte baisse jamais enregistrée des flux d’immigration dans les pays de l’OCDE, de plus de 30%», communique ce jeudi l’organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans son rapport annuel sur les migrations. Avec 3,7 millions de personnes qui ont rejoint ses 25 pays membres, l’immigration a atteint l’an dernier le plus bas niveau enregistré depuis 2003.



Les Etats-Unis, qui restent le premier pays d’immigration de l’OCDE, ont enregistré une baisse de 44% comparé à 2019, avec 576’000 nouveaux arrivants en 2020. Parmi les cinq principaux pays de destination de l’OCDE, la France, elle, a enregistré la baisse la moins marquée (-21%), avec 230’000 «nouveaux immigrés», selon l’OCDE.

L’exception des travailleurs agricoles saisonniers

Si les migrations temporaires de travail ont fortement diminué dans la plupart des pays, une catégorie d’immigration a fait figure d’exception en 2020, tant sa baisse a été contenue: il s’agit des travailleurs agricoles saisonniers, dont les entrées n’ont reculé que de 9% dans l’ensemble.

L’OCDE, qui peut dans ce rapport mesurer pour la première fois l’effet d’une année complète de pandémie sur les migrations, estime que le Covid-19 «a mis fin à dix années d’amélioration continue de la situation des immigrés sur le marché du travail».

Les immigrés font toujours partie des populations les plus vulnérables, car ils sont concentrés dans les secteurs les plus touchés, comme l’hôtellerie-restauration, observe Jean-Christophe Dumont, chef de la division Migrations de l’OCDE.