Coronavirus et chômage partiel: les RHT prolongées de 6 mois supplémentaires

Le Conseil fédéral a décidé mercredi de prolonger les indemnités en cas de chômage partiel jusqu’à 24 mois. La durée de validité de la procédure sommaire de décompte devrait aussi être prolongée.
12 mai 2021, 16:32
/ Màj. le 12 mai 2021 à 16:32
Le Parlement et les milieux économiques avaient demandé cette prolongation au gouvernement.

La durée maximale de l’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail (RHT) passe de 18 à 24 mois, a décidé mercredi le Conseil fédéral. Il répond ainsi aux demandes du Parlement et des milieux économiques, qui ont plaidé pour une telle prolongation.

A lire aussi : Coronavirus: restaurants, centres thermaux, foot amateur, télétravail… ce qui pourrait changer dès le 31 mai

«Avec cette décision, les entreprises n’auront pas besoin de prévoir de licenciement pour la fin août», a commenté le président de la Confédération Guy Parmelin devant la presse.

Le Parlement a, lors de la session de printemps, attribué au Conseil fédéral la compétence de permettre cette prolongation si besoin. Celui-ci a donc saisi cette opportunité et complété l’ordonnance Covid-19 assurance-chômage en conséquence.

 

 

La durée de validité de la procédure sommaire de décompte de l’indemnité en cas de chômage partiel sera aussi prolongée de trois mois supplémentaires, soit jusqu’à la fin septembre 2021. Les autres mesures de l’ordonnance limitées à fin juin, seront elles réévaluées ces prochaines semaines.

Le pays entre dans une phase de transition qui doit se faire dans les meilleures conditions possibles, a ajouté le Vaudois. Les secteurs les plus touchés, comme la gastronomie, le tourisme ou encore l’événementiel, auront besoin de temps et doivent être accompagnés dans cette phase.

Ce retour à la responsabilité des entreprises est nécessaire pour notre prospérité future.
Guy Parmelin, président de la Confédération

Le soutien de la Confédération va toutefois graduellement diminué et prendra fin un jour à mesure que la situation reviendra à la normale, a-t-il prévenu. «Ce retour à la responsabilité des entreprises est nécessaire pour notre prospérité future.»