Coronavirus: près de 3 Suisses sur 4 disent vouloir être vaccinés

Le taux de 73% de personnes qui souhaiteraient recevoir les deux injections est plus élevé à celui des 60% visés initialement par la Confédération. Près de 2 personnes sur 3 acceptent aussi l’octroi de privilèges aux personnes qui se font vacciner.
08 mai 2021, 08:18
/ Màj. le 08 mai 2021 à 09:55
Plus d'un million de personnes avaient été entièrement vaccinées en Suisse vendredi.

Près de trois Suisses sur quatre disent vouloir se faire vacciner contre le coronavirus, révèle un sondage diffusé samedi par Schweiz am Wochenende. Quinze pour cent déclarent ne pas avoir encore pris de décision et 12% sont contre la vaccination.

«La propension à être vacciné augmente rapidement», déclare dans le journal alémanique Marcel Zbinden, psychologue du travail à la Haute école de Lucerne (HSLU). Le taux de 73% de personnes disposées à recevoir les deux injections est supérieur aux 60% initialement visés.

La propension à être vacciné augmente rapidement.
Marcel Zbinden, psychologue du travail à la Haute école de Lucerne

Les hommes sont plus favorables à la vaccination que les femmes, souligne le sondage. Les habitants des villes et des agglomérations sont également plus nombreux à vouloir se faire vacciner que ceux des régions rurales et montagneuses. Il existe en outre des différences entre les âges: l’acceptation à la vaccination est moins forte chez les personnes de 18 à 49 ans que chez les personnes plus âgées.

Une majorité pour les privilèges

65% des personnes interrogées se disent par ailleurs d’accord avec l’octroi de privilèges aux personnes vaccinées contre le SARS-CoV-2. L’approbation est plus élevée chez les personnes qui souhaitent être vaccinées.

Les avantages recueillant le plus de soutien concernent les vols en avion, les soins, les grands événements et les voyages à l’étranger. Ceux permettant l’accès aux magasins et aux transports publics sont les moins acceptés.

 

 

L’enquête a été réalisée par la HSLU et l’institut de sondage Link, qui ont interrogé 1020 personnes dans toutes les régions du pays entre le 28 avril et le 4 mai.