Coronavirus: quand solidarité rime avec gratuité, les gestes commerciaux des entreprises

Pour lutter contre la propagation du coronavirus, de nombreux pays sont contraints de se «couper du monde». Dans le but de rendre cette période un peu moins morose, certaines entreprises offrent des petits cadeaux.
18 mars 2020, 17:44
/ Màj. le 18 mars 2020 à 21:43
Plusieurs chaînes cryptées ont fait preuve de gestes commerciaux.

Pour freiner la propagation du coronavirus, il y a des gestes d’hygiène. Pour lutter contre l’ennui lié à l’isolement, il y a désormais des gestes commerciaux. Petit tour d’horizon de ce qui est proposé par certaines entreprises en matière de divertissement, de programmes éducatifs ou encore d’accès à l’information.

Des programmes éducatifs gratuits

La plateforme Kakora Lingua propose des vidéos gratuites d’apprentissage des langues en soutien aux familles et aux écoles.

En France, la chaîne France4 promet «une programmation ludo-éducative qui alternera des contenus à vocation scolaire, avec des programmes plus divertissants».

La chaîne Arte quant à elle met gratuitement ses ressources pédagogiques à la disposition des enseignants et élèves, via sa plateforme Educ’Arte
 

 

Des chaînes cryptées qui passent en clair

Le patron de Canal + a annoncé lundi sur Twitter que la chaîne cryptée passerait en clair pour tous. Et ce, sur toutes les boxes. Les abonnés bénéficient quant à eux gratuitement de toutes les chaînes Cinéma, Séries, Jeunesse et Documentaires. Le post a été publié quelques heures seulement avant l’allocution d’Emmanuel Macron.

Dans le même esprit, l’opérateur français Free met gratuitement à disposition ses chaînes jeunesse jusqu’à fin mars.
 

 

Des articles payants en accès libre

Des médias américains ont décidé de mettre en accès libre tous leurs articles concernant le coronavirus: The Atlantic, Wall Street Journal, New York Times, Globe and Mail. En Suisse et en France, on observe également cette tendance.

C’est notamment le cas d’Heidi.news ou du groupe ESH Medias (Le Nouvelliste, Arcinfo et La Côte) qui mettent une grande partie de leurs articles d’ordinaires payants en libre accès pour tous.

Côté français, Le Monde aussi se montre solidaire en proposant des articles gratuits. Il s’agit pour ce dernier d’endiguer les «fakes news» et les rumeurs tout en démontrant «son engagement en faveur de l’intérêt général».
 

 

par Hélène Krähenbühl