Il y a un an, le coronavirus débarquait vraiment dans nos vies

Le 13 mars 2020, le Conseil fédéral nous obligeait à ralentir sérieusement notre rythme de vie et nous gardait à la maison. Retour sur douze mois pas comme les autres.
13 mars 2021, 09:00
/ Màj. le 13 mars 2021 à 09:00
Le 16 mars, les rayons des supermarchés étaient dévalisés.

Il fait beau et le virus alimente déjà – mollement – les conversations. Nous sommes le samedi 7 mars 2020 autour d’une côte de bœuf et l’on s’écharpe gentiment entre amis. On ne sait alors pas que ce sera la dernière fois, pour des mois. «Jamais ils ne fermeront les écoles! Et les commerces? Tu imagines? Impossible!»

Quelques jours plus tard, le 13 puis le 16 mars, la Suisse ferme (presque) tout et découvre que oui, c’est possible. Le travail et l’école à la maison, la ruée sur le papier toilette et les produits locaux, la solidarité, l’espoir de lendemains qui chantent, d’une société plus vertueuse. 

A lire aussi : La Côte: devant les rayons vides des supermarchés, la stupeur des clients

Il y a pile un an, la crise sanitaire, et très vite économique, s’invitait sans ménagement à nos tables familiales, les vidant d’amis et de grands-parents. Tout cela semble aujourd’hui à la fois si proche et si loin. Car nous sommes toujours en plein dedans, désormais sans illusions et blindés de désillusions. Les restos ferment les uns après les autres, les voisins perdent leur travail, les amis sont toujours plus nombreux à tousser leur virus jusqu’à l’hôpital.

Cette histoire, on la racontera longtemps, mais qui s’en souvient encore réellement? Du coup, on vous la rappelle en douze épisodes locaux, et on termine sur de belles perspectives, sur des espoirs pour demain. Car au fond, il y en a plein! GBR
 

Les rayons de papier toilette sont pris d’assaut. (Photo: Sigfredo Haro)
 

27 février 2020

LES HIVERNALES PASSENT ENTRE LES GOUTTES

En ce jeudi 27 février, le canton de Vaud recense son tout premier cas Covid. A Nyon, le festival des Hivernales vient, lui, tout juste de commencer. Or, le lendemain, le Conseil fédéral interdit toutes les manifestations de plus de 1000 personnes avec effet immédiat. Les organisateurs nyonnais tremblent: vont-ils devoir tout annuler? Les autorités leur permettront finalement d’achever cette 11e édition, faisant des Hivernales la dernière manifestation à avoir eu lieu en physique dans la région.

Nous avons activé notre plan catastrophe, qui implique la mise en place d’un état-major spécifique.
Daniel Walch directeur général du GHOL le 13 mars 2020

13 mars 2020

L’HÔPITAL DE NYON DÉCLENCHE SON PLAN CATASTROPHE

Face à la montée des cas positifs, le Groupement hospitalier de l’ouest lémanique (GHOL) réagit: il installe à Nyon des Urgences externes uniquement destinées aux patients Covid. On y teste alors entre 20 et 30 personnes par jour. Après une accalmie estivale, ce plan catastrophe sera à nouveau activé fin octobre, pour faire face à la seconde vague. Début avril 2020, le virus emporte également une figure bien connue de Nyon, Rosemarie Bagnoud, incontournable patronne du restaurant La Croix Verte, décédée à l’âge de 83 ans. 

A lire aussi : Hôpital de Nyon: «Nous avons activé notre plan catastrophe»

Le monde du sport passe, lui aussi, par tous les états d’âme. A commencer par la gueule de bois carabinée qui a suivi ce 13 mars 2020. Entre l’interdiction de pratiquement toute activité et l’annulation de la quasi-totalité des manifestations et championnats, il y a de quoi. Une saison blanche pour le football, le rugby, le handball ou encore le basket, sans parler des espoirs olympiques mis en suspens pour les athlètes de notre région qui avaient en ligne de mire les JO de Tokyo, finalement reportés à l’été 2021.

Les élèves restent à la maison à partir du 16 mars. Les enseignants sont mobilisés et disponibles mais restent chez eux.
Cesla Amarelle conseillère d’Etat chargée de l’éducation

16 mars 2020

LES ÉCOLES FERMÉES

Ce lundi, les écoles n’ouvrent pas leurs portes. C’est le début de l’enseignement à distance. Un défi pour les familles de la région, ceux qui sont six à la maison, ceux qui télétravaillent à côté de leurs jeunes enfants… Le retour en classe se fait deux mois plus tard, le 11 mai. Les gymnasiens doivent, eux, attendre le 8 juin.

A lire aussi : Les conseils de celles qui ont choisi l’école à la maison

Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire.
Alain Berset conseiller fédéral chargé de la santé, le 16 avril, au moment d’annoncer le déconfinement

22 avril 2020

ILS SE MARIENT DANS LEUR SALON

La crise sanitaire a grandement changé la manière dont nous occupons notre espace privé. L’appartement ou la maison sont devenus des lieux de travail, de loisirs et de repos. Ce bouleversement rend la tâche encore plus ardue pour les jeunes parents qui doivent instruire et élever leurs enfants tout en travaillant. Dans le cas de Genton et Altina, un couple de Tannay, le salon est même devenu, le mercredi 22 avril 2020, le lieu de leur mariage. «Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, mais l’émotion était là, presque palpable» nous confie le jeune marié.

A lire aussi : Coronavirus oblige, ils se marient en visioconférence


11 mai 2020

LE SPORT SE DÉCONFINE

Après un semi-confinement qui a vu le boom des ventes de vélos – le cyclisme étant alors un des rares sports praticables –, les annonces du 11 mai viennent redonner de l’espoir. Réouvertures progressives, cadre sanitaire assoupli, l’été s’annonce soudainement radieux, que ce soit pour les «voileux» – heureux de renouer avec la compétition début juillet lors du M2 Speed Tour – ou les pratiquants de sports de balle, de retour à l’entraînement pour préparer la saison 2020-2021.

 

23 juillet 2020

LIBRES, LE TEMPS D’UN ÉTÉ

C’est l’été, et le quotidien s’allège. A Morges, le bar La Coquette enchaîne les soirées-concerts (comme sur cette photo datée 23 août 2020). Rive Jazzy fait pareil à Nyon. Sur les terrasses, soleil et boissons fraîches sont de mise.

 

En revanche, l’été se fera sans Paléo. Fin juillet, le festival de musique devrait battre son plein, mais il a été annulé. Sur la plaine de l’Asse presque vide, quelques nostalgiques tiennent à fouler le terrain pour des apéros improvisés. 

A lire aussi : Paléo, en quête de garanties, se raccroche à un plan «parallèle»


15 septembre 2020

DERNIÈRES SORTIES AVANT LE TOUR DE VIS

La pimpante présidente du Conseil d’Etat arbore un sourire sérieux en annonçant le premier tour de vis automnal pour notre canton: fermeture des discothèques, 100 personnes max en privé et port du masque dans tout espace clos. 

Sur le plateau du 19:30, Nurria Gorrite rappelle toutefois le festival Label Suisse à venir. Ces rares concerts lausannois ont généré de belles émotions de retrouvailles entre un public et des artistes sur scène. De quoi oublier, malgré un strict protocole, les 2000 manifestations annulées, et le 1,6 million de spectateurs perdus par les organisateurs de spectacles et festivals.

Le monde du sport souffle aussi très momentanément. Au prix de lourdes mesures de traçage des supporters, les abonnés du LHC font mollement résonner la Vaudoise aréna en début d’automne. Au Rocher, il faudra se contenter d’un match du BBC Nyon, avec un public enregistré et espacé, qui relève son masque entre deux gorgées de bière.


28 octobre

NOUVEAU COUP D’ARRÊT POUR LE SPORT

L’embellie est de courte durée. Après une reprise des championnats jalonnée de reports pour cause de cas Covid, le couperet tombe une seconde fois, le 28 octobre. Seules les équipes pros et semi-pros – le BBC Nyon et le Nyon Basket Féminin pour notre région – ainsi que les16 ans et moins sont épargnés. L’arrêt se révèle définitif pour certains, comme Star Forward ou le HC Nyon. Les autres condamnés à l’inaction espèrent, eux, que l’arrivée du printemps sera accompagnée de bonnes nouvelles.


11 décembre 2020

LA SOUPE À LA GRIMACE AU MENU DÈS 19 HEURES

A peine rouverts après un mois portes closes sur décision du canton de Vaud, les restaurateurs font une nouvelle fois les frais des mesures sanitaires, leurs heures d’ouverture étant limitées à 19h par Berne. L’annonce de la mise en consultation de cette nouvelle directive du Conseil fédéral, le mardi 8 décembre, avait suscité la colère de tout le secteur. Pour l’aubergiste de Féchy, c’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase, elle qui se sentait déjà lésée: «Cela m’a fait très mal de subir trois contrôles de gendarmes qui débarquent en gilet pare-balles à l’heure du café pour vérifier l’application du plan de protection.» Finalement, les établissements vaudois pourront accueillir leurs clients jusqu’au 26 décembre

Depuis, le secteur est paralysé et de nombreux restaurateurs ont dû mettre la clé sous la porte, alors qu’arrivent déjà les remboursement des prêts Covid contractés un an plus tôt.

80 000
signatures
recueillies en 24h sur www.19.ch pour s’opposer aux nouvelles restrictions

25 décembre 2020

DES FÊTES PAS COMME LES AUTRES

Les fêtes de Noël, habituellement synonymes de retrouvailles familiales, laissent de nombreuses personnes dans la solitude. Une mésaventure vécue par plusieurs Suissesses habitant en Angleterre qui ne peuvent pas retrouver leur famille. La faute au variant britannique, ainsi qu’aux mesures prises pour le stopper.

A lire aussi : Bloquées au Royaume-Uni ou de retour sur La Côte, elles témoignent

Pas de messe de Noël non plus, ou presque pas! L’abbé Charlemagne Diawara Doré et l’abbé Jean Burin des Roziers célèbrent une messe 2.0 à Morges. Celle-ci est télédiffusée dans cinq pays européens. Vingt paroissiens peuvent toutefois quand même y assister en présentiel. 


29 décembre 2020

LA FRANCE BLOQUE L’OUVERTURE DE LA DÔLE



Cela commence par une bravade: alors que ses grands voisins ferment leurs stations, la Suisse autorise le ski sur son territoire. Comme ses cousines des Alpes, la partie helvétique du domaine de Jura sur Léman prépare son ouverture. Mais fin décembre, c’est la douche froide: côté français, le préfet du Jura ferme le parking des Dappes, condamnant les remontées mécaniques de la Dôle.

A lire aussi : Le préfet du Jura a prolongé l’interdiction d’usage du parking des Dappes

Pour Région de Nyon, propriétaire des installations suisses, ce blocage est inacceptable d’autant que la préfecture persiste et signe en prolongeant plusieurs fois l’interdiction. L’association intercommunale porte l’affaire devant le Tribunal de Besançon qui donne raison aux recourants. Le 6 février, les skieurs retrouvent enfin «leurs pistes» teintées d’orange par du sable en provenance du Sahara.


26 janvier 2021 

SAINT-CERGUE PRIS D’ASSAUT

Nous sommes un mardi hors vacances et pourtant Saint-Cergue ne sait déjà pratiquement plus où caser les voitures de ses visiteurs. Depuis le début de la pandémie, le secteur était déjà très prisé des amateurs d’espaces et de balade, mais avec la neige et les pistes fermées de la Dôle, le village est littéralement pris d’assaut. Une affluence record et la redécouverte, voire la découverte, que des moyens de s‘extirper de la sinistrose ambiante existent à deux pas de son domicile.

A lire aussi : Comment Saint-Cergue est pris d’assaut

par Laura Lose,Gregory Balmat,Didier Sandoz,Geoffroy Brändlin,Arnaud David