Les entreprises passent aussi au virtuel pour le repas de Noël

Les traditionnels repas de fin d’année dans les entreprises suisses prennent cette année de pandémie des formes diverses, comme l’octroi d’une prime ou une fête virtuelle.
21 déc. 2020, 10:32
/ Màj. le 21 déc. 2020 à 10:32
Pour remplacer les repas de fin d'année, certaines firmes organisent des fêtes virtuelles.

Couronnement de l’année dans nombre d’entreprises, les traditionnels repas de Noël destinés à remercier les employés de leur engagement sont aussi victimes de la pandémie de coronavirus. Pour les remplacer, certaines firmes organisent des fêtes virtuelles, d’autres octroient une prime à leurs collaborateurs ou consacrent le budget réservé à cet effet à un don.

Pas explicitement interdits mais…

Si les repas de Noël ne sont pas explicitement interdits, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande vivement aux entreprises de renoncer à leur organisation, explique à l’agence AWP Yann Hulmann, son porte-parole. La distanciation sociale demeure prioritaire dans le cadre du travail, rappelle-t-il.

Les grandes entreprises suisses sondées par AWP ont ainsi toutes annulé leurs repas de fin d’année ou recommandé d’y renoncer. Pour les remplacer, certains employeurs mettent à profit l’expérience acquise durant le confinement partiel du printemps dernier et organisent ces évènements sous forme virtuelle.

Sur le Net

Aux CFF, qui emploient plus de 32’000 personnes, il est important que les chefs d’équipe «puissent toujours rester proches de leurs employés», relève son porte-parole Reto Schärli. L’ex-régie fédérale leur a donc soumis un catalogue d’idées «pour des fêtes de Noël virtuelles et pour la période de l’Avent».

La forme numérique est aussi de mise du côté des deux géants bâlois de la pharma Roche et Novartis. Les quelques 14’000 salariés helvétiques du premier verront de nombreux services et équipes organiser des fêtes de Noël virtuelles, indique Nina Mählitz, porte-parole de Roche.

Primes pour les employés de Coop et Migros

Chez le voisin Novartis, les célébrations sont reportées et se dérouleront lorsque les réunions seront de nouveau autorisées. «Nous recommandons toutefois aux superviseurs de célébrer la fin de l’année avec leur équipe d’une manière ou d’une autre, par exemple par l’entremise d’une manifestation virtuelle», expose le porte-parole Satoshi Sugimoto.

D’autres entreprises ont décidé de redistribuer à leurs salariés l’enveloppe budgétaire consacrée au repas de fin d’année. Coop propose ainsi à ses 90’000 collaborateurs une prime en espèces.

Comme nous l’avons fait en juin, nous verserons à tous les employés une prime spéciale avec leur salaire de décembre.
Melanie Grüter, porte-parole de Coop

Pour les personnes travaillant à un taux inférieur à 50%, ce bonus se monte à 250 francs. Celles occupant plus qu’un poste à mi-temps recevront 500 francs. Les employés du numéro deux helvétique du commerce de détail avaient déjà bénéficié de tels versements en milieu d’année.

L’autre géant orange Migros en avait fait de même en mai dernier, le premier employeur de Suisse ayant versé à 106’000 salariés helvétiques une prime pouvant atteindre 500 francs. En ce qui concerne les repas de Noël, chaque entreprise et coopérative décide de l’affectation du budget consacré à l’évènement, relève Marcel Schlatter, porte-parole du numéro un suisse du commerce de détail.

Surprise chez Swisscom

A La Poste, autre grand employeur helvétique avec un effectif de près de 50’000 collaborateurs, les équipes peuvent décider elles-mêmes de l’affectation du montant prévu pour l’occasion. «Un cadeau est possible en guise de compensation. La décision sur de telles mesures appartient aux supérieurs», déclare la porte-parole Silvana Grellmann.

Swisscom prévoit aussi une attention pour ses 19’000 salariés en Suisse afin de les remercier de leur engagement durant l’année écoulée. Toutefois, la porte-parole du premier opérateur helvétique ne souhaite pas éventer la surprise réservée aux employés du géant bleu.

Sunrise fait un don à Caritas

Du côté du dauphin zurichois Sunrise, les employés ont choisi une autre solution. Les 1800 collaborateurs de l’opérateur, en voie de fusion avec le câblo-opérateur UPC Suisse, en feront don à l’organisation d’entraide Caritas. «Enthousiasmé par l’idée, Sunrise a doublé le montant», avait déclaré mercredi dernier son directeur général André Krause.

Sunrise versera ainsi à Caritas 250’000 francs pour un projet offrant aux personnes touchées par la pauvreté en Suisse d’accéder au monde numérique.