Réservé aux abonnés

Orphelin de girons et de festivals, l’été muet fait son lot de victimes

Les entreprises qui vivent de la tenue de manifestations paient un lourd tribut. Et subiront les effets de la pandémie durant de longs mois.
20 juin 2020, 07:00 / Màj. le 20 juin 2020 à 07:00
Avec l'annulation ou le report des girons (ici celui des jeunesses de l'Aubonne, l'an dernier à Gilly) ou encore des festivals, c'est toute une économie qui est chamboulée.

Evénements biffés du calendrier, d’autres reportés à l’année prochaine, et de multiples incertitudes: les temps sont durs pour les entreprises et les indépendants vivant des manifestations. Et ils pâtiront de ces annulations pendant des mois. D’une manière générale, de nombreuses études ont en effet démontré notamment que lorsque les organisateurs d’un festival dépensent un franc, la région qui les entoure en gagne deux. Un élément que rap...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois