Des «briques» élémentaires de la vie créées dans une comète

Des «briques» élémentaires ayant pu contribuer à l'apparition de la vie sur Terre ont été identifiées pour la première fois dans une comète, annonce lundi le Centre national de la recherche scientifique français (CNRS). La comète, minuscule amas de glace, a été créé artificiellement en laboratoire.
05 août 2015, 15:53
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
hartley_2

Si de nombreuses études complémentaires restent nécessaires pour s'en assurer, ces résultats obtenus par une équipe franco-allemande suggèrent «que les premières structures moléculaires de la vie auraient pu se former dans le milieu interstellaire et cométaire, avant d'atterrir sur la Terre primitive lors de la chute de météorites et de comètes», écrit le CNRS dans un communiqué.

Ces résultats figurent dans une étude publiée sur internet par la revue «ChemPlusChem».

Pour les besoins de la mission spatiale européenne Rosetta, dont la sonde a été lancée en 2004 et doit atterrir en 2015 sur la comète Tchourioumov-Guerassimenko pour en étudier la composition, les chercheurs ont fabriqué artificiellement une comète dans leur laboratoire.

L'idée était d'essayer d'anticiper les résultats de la sonde Rosetta en analysant les constituants d'une «glace interstellaire/cométaire simulée», précise le communiqué.

Découverte d'acides aminés

L'équipe de Louis Le Sergeant d'Hendecourt s'est chargée de fabriquer cette micro-comète à l'Institut d'astrophysique spatiale, dans des conditions extrêmes semblables à celles de l'espace (-200°C et sous vide), à partir d'éléments existant dans le milieu interstellaire (fluorure de magnésium solide, eau, ammoniac et méthanol), le tout irradié par des ultraviolets, comme ceux produits par le soleil.

«Au bout de dix jours, ils ont obtenu quelques précieux microgrammes de matière organique artificielle», envoyée pour analyse à l'Institut de chimie de Nice (sud-est).

A l'aide d'une technologie de pointe, l'équipe d'Uwe Meierhenrich et de Cornelia Meinert a «pu identifier 26 acides aminés dans cette comète artificielle, là où les précédentes expériences internationales avaient trouvé seulement trois acides aminés», explique le CNRS.

Surtout, «ils ont aussi découvert ce que personne n'avait observé avant eux», six acides dits «diaminés», dont un composé (la N-(2-Aminoethyl)glycine) qui pourrait être un des ancêtres de l'ADN terrestre.