Un médiateur nommé pour rapprocher Google et les associations antiracistes

Plusieurs associations antiracistes souhaitent que la justice interdise à "Google suggest" d'associer le terme "juif" à des noms de personnalités. Un médiateur a été nommé pour rapprocher les parties.
06 août 2015, 09:37
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les associations souhaitent que la justice interdise au moteur de recherche et à sa fonction "Google suggest" d'associer le terme "juif" à des noms de personnalités.

La société américaine Google et plusieurs associations antiracistes françaises, qui l'avaient assigné en référé, ont décidé mercredi de nommer un médiateur afin de rapprocher les parties. Les associations souhaitent que la justice interdise au moteur de recherche et à sa fonction "Google suggest" d'associer le terme "juif" à des noms de personnalités.

La juge Martine Provost-Lopin a renvoyé l'audience au 27 juin. Lors d'une première audience tenue début mai, la juge avait également décidé de renvoyer l'affaire, les associations antiracistes désirant plus de temps pour répondre aux conclusions de Google.

L'initiative de ce référé avait été prise il y a deux mois par l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), à laquelle se sont associées SOS Racisme, Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) et J'accuse!-Action internationale pour la Justice (AIPJ).

"Google suggest" permet depuis 2008 aux internautes, qui effectuent une recherche de se voir proposer différentes saisies automatiques en fonction de la fréquence des clics, par "algorithme", selon Alexandra Néri, avocate de Google. Les associations estiment que Google enfreint la loi française et demandent au tribunal d'interdire au moteur de recherche le plus utilisé de France, de conserver et d'utiliser cette base de données.