Accroissement des ventes pour Nestlé

Le géant alimentaire vaudois Nestlé a accru ses ventes de 11% en comparaison annuelle dans un climat de consommation morose.
06 août 2015, 14:52
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le numéro un mondial de l'alimentation a généré une croissance organique de 9,4% dans la zone Asie, Océanie et Afrique.

Nestlé a inscrit une performance légèrement décevante sur les neuf premiers mois de 2012. Le géant alimentaire vaudois a accru ses ventes de 11% en comparaison annuelle, à 67,6 milliards de francs, dans un climat prudent dans les pays développés et ralenti sur les marchés émergents.

La croissance organique, élément faisant état de la dynamique réelle de l'entreprise, s'est établie à 6,1%, contre 6,6% au premier semestre, a précisé jeudi Nestlé.

La performance a quelque peu déçu les attentes des analystes. La banque Vontobel pointe du doigt le tassement dans les pays émergents. Certes, la croissance organique sur ces marchés s'est élevée à 11,7% après neuf mois, mais est tombée à 9,3% au seul troisième trimestre contre 12,8% au deuxième, selon ses estimations.

Dans le détail, le numéro un mondial de l'alimentation a généré une croissance organique de 9,4% dans la zone Asie, Océanie et Afrique. Si les événements politiques dans les pays arabes ont causé des interruptions de production, le continent africain, de même que l'Indonésie et la Chine particulièrement, ont pour leur part fortement contribué à la hausse, souligne-t-il.

C'est en Chine justement, à Shanghai plus précisément, que la multinationale a tenu sa conférence de presse d'automne. Un pays qui "embrasse toutes les opportunités que le nouveau monde offre", selon les mots du directeur général, Paul Bulcke.

Croissance durable en Chine

Pour apaiser ceux qui redoutent un fléchissement dans l'empire du Milieu, Roland Decorvet, directeur de Nestlé Chine, a indiqué que ce pays se trouvait toujours à "un stade précoce en matière de consommation alimentaire" (1,3 milliard d'estomacs déjà, du reste). Il escompte une "croissance durable" sur ce marché - le septième du groupe qui "deviendra de plus en plus important".

Nestlé va, d'ailleurs, accroître ses unités de recherches et développement sur le marché chinois, avec deux centres dans le sud-est du pays, l'un à Xiamen spécialisé dans les boissons toutes prêtes et l'autre à Dongguan qui se concentrera sur les articles de confiserie. Le premier soutiendra l'entreprise Yinlu Foods Group et le second le confiseur Hsu Fu Chi, dans lesquels le géant veveysan a acquis l'an dernier des participations majoritaires.

La firme compte déjà 50'000 employés en Chine, répartis sur 31 sites. Elle y a réalisé un chiffre d'affaires de 2,5 milliards de francs l'an passé. Un montant qui devrait doubler cette année, a rappelé M. Decorvet.

Résilience en Europe

Quant aux marchés matures (avec une croissance organique de 2,4%), ils présentent des résultats "rassurants", en comparaison avec ceux du concurrent français Danone publiés mercredi, selon Vontobel.

Nestlé semble ainsi résister sur le Vieux Continent. Le marché européen a légèrement augmenté ses revenus et montre une croissance organique de 1,9%.

En Amérique du Nord, la demande s'avère "molle", la confiance des consommateurs étant en berne, mais de premiers signes de redressement se font ressentir, note Paul Bulcke. L'Amérique du Sud a, elle, enregistré une croissance à deux chiffres, avec un net bond au Brésil et au Mexique. Dans l'ensemble, le continent américain affiche une croissance organique de 5,5%.

Toutes les divisions (eau, nutrition et autres) présentent des améliorations. "What else?" La filiale Nespresso poursuit son essor, avec une expansion à deux chiffres.

Selon Paul Bulcke, "la dynamique continue de notre croissance interne réelle, combinée à une pression des coûts légèrement plus faible, nous permet de confirmer nos prévisions pour l'ensemble de l'année". Nestlé anticipe une croissance organique de 5 à 6% et une embellie de la marge et du bénéfice par action à taux de change constants.

A la Bourse suisse, l'action reculait de quelque 2% à 61 francs à mi-séance, dans un marché en légère baisse.