Emprunt réussi pour Paris malgré les tensions en zone euro

Paris a réussi à placer quelque dix milliards de francs d'obligations, malgré les inquiétudes de la zone euro.
04 août 2015, 00:21
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
natixis

La France a réussi ce jeudi sa première émission obligataire de l'année malgré un regain d'inquiétudes sur la solidité du secteur bancaire de certains pays européens comme l'Espagne ou l'Italie, qui pèse sur l'euro au plus bas depuis seize mois face au dollar.

Paris a réussi à placer, comme prévu, auprès des investisseurs près de huit milliards d'euros (9,75 milliards de francs) d'obligations sur des échéances longues.

Pour l'obligation de référence à dix ans, si les taux d'emprunt sont restés bas, ils s'inscrivaient toutefois en légère hausse tandis que la demande a été moins forte que lors des précédentes opérations similaires. «Cette levée de fonds est globalement un succès», estime néanmoins Cyril Regnat, stratégiste obligataire chez Natixis.

«La demande reste soutenue et sur le très long terme (à échéance 2035 et 2041, NDLR) les montants alloués recouvrent déjà une grande partie de ce qui avait été levé sur l'ensemble de 2011», ajoute-t-il.

Aide à l'Irlande et au Portugal

Mercredi, Berlin avait rassuré en plaçant avec succès 4 milliards d'euros, mais l'opération n'avait pas déchaîné l'enthousiasme n'ayant attiré que 5,14 milliards d'euros d'offres, à peine plus que son objectif de départ de 5 milliards d'euros.

Les investisseurs attendent dans la journée la première émission obligataire du Fonds européen de stabilité financière (FESF) en 2012. Il s'apprête à lever 3 milliards d'euros à trois ans pour venir en aide à l'Irlande et au Portugal.

Ces opérations, qui ont valeur de test, sont particulièrement suivies alors que la santé du secteur bancaire européen inquiète.