Afrique: ils peignent des yeux sur les fesses des vaches pour éviter les attaques de lions

Des chercheurs australiens ont eu la drôle d'idée de peindre des yeux sur la croupe des vaches, au Botswana, pour dissuader les lions d'attaquer ces dernières. Se sentant repérés par ces faux regards, les fauves abandonnent leur chasse.
18 juil. 2016, 13:06
/ Màj. le 18 juil. 2016 à 14:09
Se sentant repérés par les faux yeux, les lions seraient dissuadés de tenter une attaque.

L'idée semble de prime abord farfelue. Pourtant, elle a bel et bien été expérimentée et semble même fonctionner! Au Botswana, dans le sud de l'Afrique, des chercheurs ont peint des yeux sur les fesses des vaches pour dissuader les lions de les attaquer par derrière. 

C'est le docteur Neil Jordan, biologiste et pilote du projet baptisé iCow, qui a eu l'idée de ces dessins alors qu'il assistait à une tentative d'attaque d'un lion sur une antilope. "Les lions sont des chasseurs qui pratiquent l'embuscade. Ils se glissent vers leurs proies, s'approchent et sautent dessus sans être vus", explique le scientifique, cité par le site Oddity Central. "Mais dans ce cas précis, l'antilope avait vu le lion. Quand ce dernier a réalisé qu'il avait été repéré, il a abandonné sa chasse."

Des faux yeux dessinés sur la croupe des vaches dissuaderaient donc les lions de les attaquer. Cette arme de défense est déjà présente naturellement chez quelques espèces animales. Certains papillons possèdent des faux yeux sur leurs ailes pour décourager leurs prédateurs.

Premier test réussi

La technique des biologistes semble déjà avoir porté ses fruits. Le tiers d'un troupeau de vaches a été décoré de ces mirettes factices pendant dix semaines l'an dernier. Résultats: trois vaches sans faux yeux ont été dévorées. Celles avec les postérieurs peints n'ont pas été inquiétées. 

La réussite de ce test a ravi les biologistes, qui veulent non seulement sauver les vaches, mais aussi les lions, qui risquent d'être éliminés par les fermiers en colère. Et pour cause: le lion africain est actuellement inscrit sur la liste rouge des espèces menacées.

par Marie Dorsaz