LinkedIn verse six millions de dollars de salaires impayés

Le réseau social professionnel LinkedIn a versé six millions de dollars à des anciens salariés qui n'avaient pas été payés pour des heures supplémentaires.
07 août 2015, 14:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
FILE - In this May 19, 2011 file photo,the LinkedIn logo is displayed in the foyer at headquarters in Mountain View, Calif. LinkedIn Corp. reports quarterly earnings on Thursday, Feb. 6, 2014. (AP Photo/Paul Sakuma, File)

Le réseau social professionnel LinkedIn, qui n'avait pas assez payé d'anciens employés pour leurs heures supplémentaires, a versé près de six millions de dollars (5,44 millions de francs) pour régulariser la situation, selon un accord annoncé lundi soir.

Cette somme correspond au remboursement des émoluments (3,3 millions de dollars), auxquels s'ajoutent des dommages et intérêts (2,5 millions) pour d'anciens salariés basés en Californie (ouest), dans l'Illinois (nord), dans le Nebraska (nord) et à New York (nord-est), aux Etats-Unis, a précisé le département du Travail américain.

"Cette entreprise a montré beaucoup d'intégrité en coopérant pleinement avec les enquêteurs et en payant sans hésitation pour rembourser les salariés", a déclaré David Weil, administrateur au département du Travail. "Nous sommes aussi très satisfaits de voir que LinkedIn s'est engagé à prendre des mesures pour se conformer à la loi à l'avenir", a-t-il ajouté.

Les enquêteurs du département du Travail avaient découvert que le réseau social n'avait pas enregistré correctement ni payé toutes les heures travaillées par certains de ses employés.

LinkedIn a convenu avoir violé la loi, car il ne disposait pas des bons outils pour gérer une certaine partie de ses commerciaux et référencer correctement leurs heures travaillées. Il dit avoir commencé à régulariser ses pratiques avant même que l'enquête du département du Travail ne soit lancée.

"LinkedIn a fait tous les efforts possibles pour s'assurer que chaque employé touché perçoive tout ce qui lui est dû", a réagi le réseau social dans un communiqué.