Microsoft réinvente Windows de fond en comble

Microsoft lancera ce vendredi une nouvelle version de son système Windows. Sa particularité: être absolument fonctionnel sur les tablettes et mobiles. La firme de Bill Gates espère ainsi rattraper son retard sur Apple et Google.
06 août 2015, 14:55
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
131873295

Microsoft lance vendredi une version très remaniée de son produit vedette, le système d'exploitation Windows. Un pari risqué grâce auquel il espère rattraper le retard qu'il a pris sur le marché mobile comparé à ses rivaux Apple et Google.

Preuve de l'enjeu, le groupe aurait prévu selon le magazine "Forbes" entre 1,5 et 1,8 milliard de dollars de dépenses marketing pour Windows 8, qui sera disponible en 109 langues et dans le monde entier.

"C'est un produit absolument essentiel", a réaffirmé Bill Gates, cofondateur de Microsoft et président de son conseil d'administration, dans une interview publiée lundi sur le site de Microsoft. "Il amène Windows dans le monde du tactile."

Le système d'exploitation de Microsoft fait toujours fonctionner environ 90% des PC du monde. Mais ceux-ci sont en perte de vitesse, confrontés à l'essor de nouveaux appareils mobiles, bien souvent à écran tactile, comme les tablettes informatiques et les smartphones.

En ajoutant ces nouveaux équipements informatiques, opérant pour l'essentiel avec les systèmes d'exploitation de Google (Android) ou d'Apple (iOS), la part de marché de Microsoft tombe à 30%, estime l'institut de recherche Forrester.

"Etape majeure"

A l'image d'autres analystes, Frank Gillett de Forrester évoque "le changement le plus radical depuis que le Windows original a remplacé (le système) DOS" au début des années 1990. "Le lancement de Windows 8 est une étape majeure pour Microsoft" qui "redéfinit sa technologie et sa stratégie pour réagir à l'essor des appareils mobiles à écran tactile", souligne-t-il.

Parmi les changements sur lesquels se focalisent les médias spécialisés: la suppression du menu "démarrer", remplacé par une série de boutons sur l'écran.

"Le résultat est un système d'exploitation qui semble bien adapté à de nouvelles formes d'appareils informatiques comme les tablettes, mais certains se demandent si c'est approprié pour les ordinateurs de bureau et portables traditionnels", relève l'institut Gartner.

Ce dernier juge toutefois que Windows 8 est "un risque que Microsoft doit prendre pour rester pertinent dans un monde où les appareils mobiles, offrant de nouvelles expériences, deviennent la norme". Le système s'expose en effet à un accueil réservé de la part de ses utilisateurs traditionnels, qui risquent d'être désarçonnés par des changements majeurs.

Période d'apprentissage

"Tout le monde va être contraint à une période d'apprentissage, quelque chose qui pourrait nuire à Microsoft", a fortiori chez les utilisateurs encore très satisfaits par les anciennes versions de Windows, prévient l'analyste indépendant Jeff Kagan.

Parmi les inconnues: l'accueil des entreprises, qui représentent une grosse partie de la clientèle de Windows aujourd'hui, mais optent pour des produits matures et bien rodés. Encore loin d'avoir adopté les tablettes, les firmes utilisent également encore souvent une version relativement ancienne de Windows, XP.

Et dans le grand public, Franck Gillett prévient que "la perspective d'un apprentissage pour la nouvelle interface pourrait pousser certains à envisager d'autres solutions": ceux par exemple qui hésitaient jusqu'ici à passer au Mac d'Apple, en raison justement des changements que cela aurait imposé dans leur usage, pourraient franchir le pas.

Les fabricants d'appareils électroniques, frappés de plein fouet par la déprime du marché des PC, semblent en tout cas attendre beaucoup de Windows 8: Microsoft a indiqué la semaine dernière avoir enregistré auprès d'eux 800 millions de dollars de pré-ventes, soit une hausse de 40% comparé à la version précédente, Windows 7.

L'institut Forrester s'attend toutefois à une adoption relativement lente du logiciel, qui ne devrait vraiment s'établir qu'en 2014: "Il va falloir un an pour les consommateurs et l'écosystème Windows digèrent la transformation". Les clients pourraient aussi attendre l'arrivée des nouvelles puces d'Intel prévues pour l'année prochaine, explique-t-il.