Science: des auteurs piègent un journal scientifique avec un article inventé de toute pièce

L'hydroxychloroquine empêcherait les accidents de trottinettes. Cette conclusion farfelue provient d'une étude publiée dans une revue scientifique asiatique. Problème: c'est en fait un canular.
19 août 2020, 10:37
/ Màj. le 19 août 2020 à 10:37
Le canular a depuis été supprimé du site de la revue.

C’est une étude bien étrange qui est sortie dans l’«Asian Journal of Medicine and Health» le 15 août dernier et qui a attiré l’attention du journal «Le Temps».

Intitulé «Le SRAS-CoV-2 contre toute attente plus mortel que les trottinettes: l'hydroxychloroquine pourrait-elle être la seule solution ?», le texte préconise l’utilisation du désormais célèbre traitement chimique pour prévenir... les accidents de trottinettes! 

Il s’agit en réalité d’une plaisanterie réalisée par quatre auteurs, dont deux Romands, afin de souligner les problèmes d’escroquerie dans le milieu de la publication scientifique. Les revues dites «prédatrices» sont particulièrement mises en cause.

 

D’après «Le Temps», les revues «prédatrices» se font passer pour des sources sérieuses, se vendant comme des vitrines prestigieuses afin de soutirer de l’argent aux auteurs désireux de partager leurs recherches. Pourtant, aucune vérification, ni relecture n’est effectuée lors de la publication d’un texte.

L’étude a depuis été retirée du site de la revue.

par Virginie Maret