Téléphonie: Orange assure qu'il n'engagera pas une guerre des prix

Alors que son nouveau propriétaire, le Français Xavier Niel, est connu dans l'Hexagone pour avoir dynamité les prix du marché des télécommunications, Orange Suisse assure qu'il ne s'engagera pas dans une guerre des prix.
07 août 2015, 15:19
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Orange s'apprête à changer de nom en Suisse. Mais les prix ne devraient pas chuter pour autant.

Orange Suisse n'a pas l'intention de lancer une guerre des prix sur le marché helvétique des télécommunications, après son rachat effectif par l'entrepreneur français Xavier Niel. L'opérateur basé à Renens (VD) doit dévoiler son nouveau nom jeudi prochain.

"Nous n'initierons pas une guerre des prix", a indiqué le directeur général d'Orange Suisse Johan Andsjö, dans une interview parue dimanche dans la "NZZ am Sonntag". Au contraire, dit-il, "nous lançons une marque premium".

Xavier Niel est présent en France, à Monaco, en Israël et à Singapour, rappelle Johan Andsjö. "Partout, il poursuit une autre stratégie". Pour rappel, le Français possède l'opérateur Free (groupe Iliad), qui est entré avec fracas en janvier 2012 sur le marché hexagonal du mobile.

Nouveau nom attendu

"Malgré tout, il y a un style Xavier Niel. C'est la simplicité et l'innovation", relève Johan Andsjö dans les colonnes de l'hebdomadaire alémanique. "Mais la politique des prix est différente de marché en marché."

Le nouveau nom d'Orange sera dévoilé jeudi à Zurich. Dans la foulée, les magasins en Suisse seront fermés durant 72 heures, le temps de changer leur enseigne. "L'objectif est d'ouvrir le lundi suivant avec la nouvelle marque pour 90% d'entre eux", dit Johan Andsjö.

L'exercice ne constitue pas une sinécure. "Nous avons besoin de 65 camionnettes de 3,5 tonnes", décrit le directeur général d'Orange Suisse.

Johan Andsjö ne livre évidemment pas le nouveau nom de l'opérateur. La "NZZ am Sonntag" croit savoir qu'Orange Suisse s'appellera à l'avenir "Salt".