L'entreprise st-galloise SFS Holding survit à la crise du franc fort et récompense ses employés

La société st-galloise SFS Holding avait introduit des mesures pour tenter de surmonter la crise du franc fort. Le salaire des dirigeants avait été abaissé et le temps de travail des employés allongés. Aujourd'hui, l'entreprise dit avoir retrouvé sa compétitivité et va lever ces contraintes. Mieux, chaque collaborateur suisse recevra une prime de 1000 francs.
18 avr. 2016, 19:08
/ Màj. le 18 avr. 2016 à 19:11
L'abolition du taux plancher a poussé de nombreuses entreprises à s'adapter à de nouvelles conditions.

Le groupe st-gallois SFS Holding, actif dans les techniques de fixation, lèvera au 1er juillet toutes les mesures engagées pour contrer l'impact négatif du franc fort, dont un relèvement du temps de travail. Mieux même, les collaborateurs en Suisse toucheront une prime extraordinaire de 1000 francs chacun.

Les mesures avaient été introduites au printemps de l'an passé, dans la foulée de l'abolition le 15 janvier 2015 par la Banque nationale suisse (BNS) du cours plancher de l'euro. Le paquet, comprenant une baisse de la rémunération des dirigeants, a accru la compétitivité de la société de Heerbrugg (SG), selon un communiqué publié lundi.

Une levée partielle du dispositif au 1er janvier dernier avait déjà permis de réintroduire les six semaines de vacances pour les employés en Suisse. Pour mémoire, SFS a réalisé en 2015 un chiffre d'affaires de 1,38 milliard de francs (-0,5% sur un an), pour un bénéfice net de 105 millions (-4,7%).

La multinationale emploie un effectif total de 8300 personnes, dont un tiers en Suisse.