Le produit intérieur bruit suisse devrait augmenter de 1,1% en 2013

Le Créa prévoit une croissance du produit intérieur bruit suisse de 1.1% pour 2013. Le manque de dynamisme devrait se poursuivre durant les deux premiers trimestres, avant une reprise sur l'ensemble de l'année.
06 août 2015, 14:52
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
La Suisse romande a bien résisté au ralentissement de l'économie mondiale l'an dernier, progressant davantage que la moyenne nationale. Le produit intérieur brut (PIB) des six cantons romands affiche une croissance de 2,4%, atteignant presque un quart du PIB suisse (24,3%).

La Suisse devrait connaître une croissance réelle de 1,1% de son produit intérieur brut (PIB) l'an prochain, prédit le Créa. La prévision est légèrement supérieure à celle émise au printemps. Une hausse du chômage est prévue.

Pour 2012, l'Institut de maLcroéconomie appliquée de l'Université de Lausanne table sur "une très faible croissance" de 0,5%.
 
Le manque de dynamisme devrait se poursuivre durant les deux premiers trimestres 2013, avant une reprise qui se traduira par une croissance de 1,1% sur l'ensemble de l'année, estime jeudi le Créa. En 2014, la hausse du PIB est attendue à 1,9%.
 
Environnement difficile
 
L'économie suisse pâtit d'un environnement "assez sombre", au niveau mondial et plus particulièrement européen, constate le Créa. Le secteur exportateur plie sous l'effet du recul de la demande étrangère.
 
Dans l'industrie, l'indice des directeurs d'achat se trouve désormais proche des valeurs observées après la crise de 2009.
 
La consommation privée s'essouffle, mais les dépenses de l'Etat restent pour l'heure "assez vigoureuses". En matière d'emploi, "un net fléchissement" devrait se produire en 2012-2013 par rapport à 2011.
 
Une progression du taux de chômage est attendue en 2013-2014. Les taux d'intérêt devraient connaître "une légère pression" à la hausse vers la fin 2013. Ils resteront toutefois à des niveaux historiquement bas.
 
Leur évolution dépendra largement du franc et de la politique de la Banque nationale suisse (BNS), relève le Créa.
 
Autres instituts moins pessimistes
 
A titre de comparaison, l'institut BAKBASEL table sur une augmentation du PIB de 1,2% l'an prochain, a-t-il annoncé mardi.
 
Le KOF zurichois prévoit une croissance de 1,3%, le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) et UBS la voient à 1,4% et Credit Suisse à 1,5%, selon leurs dernières prévisions qui remontent toutefois pour certaines à plusieurs semaines.
 
Pour 2012, les autres prévisionnistes sont aussi pour la plupart moins pessimistes que l'institut lausannois. BAKBASEL comme le KOF tablent sur une croissance de 0,9%.
 
Le SECO mise sur 1% et UBS sur 1,1%. Seul Credit Suisse se démarque avec une prévision de 0,5%, similaire à celle du Créa.