Une filiale de l'UBS est poursuivie pour "fausses déclarations"

Lors de la vente de 1,1 milliard de dollars de titres liés à des prêts immobiliers, une filiale de l'UBS aurait fait de "fausses déclarations", selon le régulateur américain des caisses d'épargne.
06 août 2015, 11:00
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
UBS Securites, filiale d'UBS se serait rendue coupable de fausses déclarations dans une opération de vente de titres liés à des prêts immobiliers, selon le régulateur US des caisses d'épargnes.

Le régulateur américain des caisses d'épargne (NCUA) a assigné jeudi en justice une filiale de la banque suisse UBS. Il l'accuse de "fausses déclarations" lors de la vente de 1,1 milliard de dollars de titres adossés à des prêts immobiliers.

UBS Securities avait cédé ces produits à US Central Federal Credit Union et Western Corporate Federal Credit Union, deux caisses d'épargne qui ont par la suite fait faillite, a précisé l'Administration nationale des caisses d'épargne dans un communiqué.

Selon la NCUA, qui a déposé sa plainte devant un tribunal du Kansas, UBS Securities a fait "de nombreuse fausses déclarations et omissions de faits matériels dans la documentation de présentation des actions vendues" aux deux organismes. Elle leur a fait "croire que le risque de pertes était minimal alors qu'en fait il était important".

"La solidité de notre système financier dans son ensemble repose sur la confiance et la responsabilité", a déclaré la présidente du conseil d'administration de la NCUA, Debbie Matz, citée dans le communiqué. "UBS Securities a enfreint cette confiance, contribuant à la faillite de deux caisses d'épargne et à la crise de l'industrie des caisses d'épargne", a-t-elle ajouté.

Le régulateur a lancé des poursuites similaires contre JP Morgan, RBS, Goldman Sachs et Wachovia, un établissement racheté en 2008 par Wells Fargo. L'organisme a par ailleurs déjà soldé des poursuites pour plus de 170 millions de dollars avec Citigroup, Deutsche Bank Securities, et HSBC.