oubli mot de passe
login Inscription | Abonnement
15.02.2013, 15:12 - Monde
Actualisé le 15.02.13, 15:12

Oscar Pistorius clame son innocence

De nombreux proches de l'athlète étaient présents au procès.
Crédit: KEYSTONE

Oscar Pistorius a été formellement inculpé du meurtre de Reeva Steenkamp, sa petite amie. Le multiple médaillé d'or aux Paralympiques réfute les accusations en bloc.

 Oscar Pistorius (26 ans) réfute "dans les termes les plus vifs" l'accusation de meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp dont il a été formellement inculpé vendredi, ont indiqué sa famille et son agent dans un communiqué. L'athlète sud-africain va peut-être faire l'objet d'accusations de meurtre avec préméditation.

"Oscar Pistorius a comparu en justice ici à Pretoria ce matin (vendredi) (et a été) formellement inculpé du meurtre de Reeva Steenkamp. Ce prétendu meurtre est contesté dans les termes les plus vifs", est-il écrit dans le communiqué du camp Pistorius.

"Les avocats représentant l'athlète ont demandé un renvoi de la procédure de demande de libération sous caution jusqu'à mardi afin d'avoir du temps pour conduire leur propre enquête concernant les circonstances de la tragédie", souligne-t-il.

Oscar Pistorius "a clairement précisé qu'il voulait faire part de sa profonde sympathie à la famille de Reeva. (...) Nos pensées et prières doivent aller aujourd'hui à Reeva et à sa famille, quelles que soient les circonstances de cette terrible, terrible tragédie", ajoutent famille et agent.

Star dans son pays, Oscar Pistorius a été inculpé du meurtre de Reeva Steenkamp, un mannequin de 29 ans qu'il fréquentait depuis novembre, et retrouvée morte abattue de quatre coups de feu chez lui jeudi matin, jour de la Saint-Valentin. Le parquet entend requalifier l'affaire en "meurtre avec préméditation".

Préméditation
 
Le juge a ensuite renvoyé à mardi et mercredi les audiences au cours desquelles la défense de l'athlète pourra demander une hypothétique remise en liberté sous caution. La police avait déjà exclu la thèse de l'accident jeudi et le parquet va même demander à requalifier l'affaire en "meurtre avec préméditation" passible d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à la perpétuité.
 
A l'issue de l'audience devant le tribunal de Pretoria, qui a duré moins d'une heure, l'athlète a été transféré en cellule au commissariat de Brooklyn, un quartier aisé de Pretoria.
 
Oscar Pistorius a été arrêté jeudi matin après la découverte par la police du corps sans vie de sa petite amie Reeva Steenkamp, touché par quatre balles de 9 mm, à son domicile de Pretoria.
 
Selon les médias sud-africains, Oscar Pistorius a tiré sur sa compagne à travers la porte de la salle de bain. La jeune femme a été atteinte à la tête, à la poitrine, au bassin et à la main, écrit sur son site internet le journal en langue afrikaans "Beeld". "La porte était criblée de balles", affirme un témoin cité par le journal.
 
Disputes
 
L'hypothèse selon laquelle Oscar Pistorius, 26 ans, aurait tiré sur sa compagne en la confondant avec un cambrioleur avait dans un premier temps été évoquée par la presse. Mais la police a par la suite indiqué que les voisins avaient entendu "des bruits" avant les tirs et que le couple avait déjà eu des disputes par le passé.
 
Selon "Beeld", la police a été appelée une première fois dans la soirée par des voisins après des cris d'une dispute provenant du logement d'Oscar Pistorius, situé dans un complexe résidentiel haut de gamme très sécurisé. La police a été appelée une seconde fois dans la nuit après les coups de feu.
 
Au lendemain du drame, c'est le portrait d'un Oscar Pistorius caractériel qui émergeaient dans de nombreux articles de la presse sud-africaine. Une image à l'opposé de celle que donnait sur les pistes d'athlétisme le coureur, premier athlète amputé à avoir participé aux Jeux Olympiques avec les valides.
 
Onde de choc
 
L'arrestation d'Oscar Pistorius, érigé en modèle de réussite contre l'adversité, a provoqué une onde de choc dans le pays, reléguant vendredi le discours sur l'état de la nation du président Jacob Zuma dans les pages intérieures des journaux.
 
Le choc est d'autant plus grand que Reeva Steenkamp devait intervenir cette semaine dans une école de Johannesburg pour dénoncer la violence faite aux femmes. Jeudi, elle avait pris fait et cause dans un tweet pour la défense des femmes victimes de violences sexuelles, dans un pays où la fréquence des viols s'aligne sur celle d'un pays en guerre.


 

Source: ATS



Articles



Galeries photo



0 commentaire
Publier un commentaire

Veuillez vous identifier pour poster un commentaire sur le site

Adresse e-mail
Mot de passe

Oublié votre mot de passe ?      Créer un compte web free







Agenda

Annuaire de liens

Cinéma

Concours

E-paper

Inforoute

iPad

iPhone

Réseaux sociaux

Sondages