25 ans de règne pour le prince du Liechtenstein Hans-Adam II

Le monarque le plus riche d'Europe, le prince du Liechtenstein Hans-Adam II fête jeudi ses 25 ans de règne. Il se qualifie davantage en tant que "manager" que de "père de la nation".
07 août 2015, 14:26
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le prince Hans-Adam II du Liechtenstein célèbre jeudi ses 25 ans de règne. Dans un cahier spécial du quotidien "Liechtensteiner Vaterland", le monarque le plus riche d'Europe se dit davantage "manager" que "père de la nation".

Le prince Hans-Adam II du Liechtenstein célèbre jeudi ses 25 ans de règne. Dans un cahier spécial du quotidien "Liechtensteiner Vaterland", le monarque le plus riche d'Europe se dit davantage "manager" que "père de la nation". Selon lui, la monarchie reste une forme d'Etat "contemporaine" et avantageuse pour son pays.

Les monarchies ne sont pas des "reliques du passé", mais des systèmes "tout à fait contemporains", souligne Hans-Adam II. Quant au Liechtenstein, "sans monarchie, cet Etat n'aurait pas existé". Au XXIe siècle, elle constituera pour ce pays "un grand avantage, aussi bien en politique intérieure qu'en politique extérieure", affirme le prince.

A long terme, le chef d'Etat voit la Principauté rester dans l'Espace économique européen (EEE), même si les autres pays membres devaient entretemps adhérer à l'Union européenne (UE). "On pourrait alors transformer sans grand problème l'accord sur l'EEE en accord bilatéral entre le Liechtenstein et l'UE." Les liens étroits avec la Suisse et l'Autriche resteront en outre une priorité.

Résoudre les problèmes

Le 13 novembre 1989, Hans-Adam II succède à son père Franz Josef II, après le décès de ce dernier. Le monarque s'est retiré des affaires courantes il y a dix ans. Depuis août 2004, c'est son fils aîné, le prince héritier Alois qui dirige les affaires gouvernementales. Hans-Adam II, aujourd'hui âgé de 69 ans, reste toutefois chef d'Etat.

"Je ne suis pas vraiment le genre père de la nation, mais plutôt le manager qui aime résoudre des problèmes, et plutôt vite", se décrit le prince. Economiste, il avait déjà été chargé de l'administration et de la gestion de la fortune princière dès 1970. "Beaucoup des services les plus importants se trouvaient alors dans une situation d'urgence financière et la comptabilité dans un état catastrophique."

Aujourd'hui, ce sont deux autres de ses enfants qui gèrent les finances de la famille princière. Maximilian dirige la banque LGT, la plus grande de la Pincipauté, et Constantin s'occupe "du reste de la fortune", explique le monarque.