Réservé aux abonnés

A Bruxelles, le premier ministre grec Alexis Tsipras est aux abois

Les Grecs ont retiré 300 millions d'euros en une seule journée. Réunion au sommet à Bruxelles. Un contrôle des capitaux n'est pas exclu.
07 août 2015, 15:13
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_8953040.jpg

L'étau financier se resserre autour d'Alexis Tsipras et de ses concitoyens. Le chef du gouvernement grec, dont le visage est de plus en plus marqué par la crise, comptait sur sa rencontre, prévue la nuit dernière, à Bruxelles, avec Angela Merkel, François Hollande, Jean-Claude Juncker et Mario Draghi, pour obtenir un peu d'oxygène.

Son objectif est double: obtenir un encouragement politique de ses pairs et un prêt d'urgence de deux ou trois milliards d'euros pour éviter la banqueroute. Car les caisses du pays sont vides. Et les retraits de capitaux sont massifs: 300 millions d'euros pour la se...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois