Réservé aux abonnés

Affaibli par la marée noire de 2010, BP doit rebâtir une stratégie

Le géant britannique est toujours soumis aux conséquences financières de la catastrophe du golfe du Mexique.
06 août 2015, 14:54
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

"BP doit tout simplement réécrire une histoire. Procéder à des désinvestissements massifs tout en réduisant les coûts ne suffit pas à édicter une stratégie." C'est un bon connaisseur du géant pétrolier britannique qui s'exprime. Les faits ne lui donnent pas tort: à la fin de l'année dernière, le directeur général de BP, l'Américain Robert Dudley, avait relevé de 50%, à hauteur de 45 milliards de dollars (34,6 milliards d'euros), son programme de cession d'actifs à l'horizon de 2013.

Depuis, l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon, le 20 avril 2010, qui fit onze morts et provoqua la pl...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois