Affaire Snowden: partenariat entre "The Guardian" et le "New York Times"

"The Guardian" a conclu un partenariat avec le "New York Times" à la suite d'intimidations du gouvernement britannique dans le cadre de l'affaire Snowden.
07 août 2015, 11:42
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
A display fronts the offices of the Guardian and its sister paper, The Observer, on Monday night, Aug. 19, 2013. The Guardian's editor, Alan Rusbridger, said Monday that British agents oversaw the destruction of an unspecified number of his newspaper's hard drives in an apparent bid to keep the fruit of Edward Snowden's leaks safe from Chinese spies. (AP Photo/Raphael Satter)

Le quotidien britannique "The Guardian" a annoncé vendredi avoir autorisé son confrère américain "The New York Times" a accéder à une partie des documents transmis par Edward Snowden, informaticien à l'origine des révélations sur l'ampleur des programmes de renseignement des Etats-Unis.

Dans un court article publié sur son site Internet, "The Guardian" explique qu'il a "conclu un partenariat" avec le journal new-yorkais la suite d'intimidations du gouvernement britannique. Ce dernier a menacé le journal de poursuites judiciaires s'il n'acceptait pas de détruire ou de restituer la copie des documents qu'Edward Snowden avait remis au journaliste Glenn Greenwald.

Ces menaces ont contraint le journal à détruire une partie des documents sur les services britanniques d'écoutes (GCHQ), le pendant britannique de l'Agence nationale de sécurité (NSA), principal objet des informations transmises par Edward Snowden.

Alan Rusbridger, rédacteur en chef du "Guardian", a cependant expliqué que des copies des documents avaient été mises hors d'atteinte du gouvernement britannique.