Airbags défectueux: Takata présente ses excuses

Lors de l'audition de ses responsables au Congrès américain, l'équipementier japonais Takata a présenté ses excuses et ses "sincères condoléances" aux victimes des accidents liés à leurs airbags défectueux et à leurs familles.
07 août 2015, 14:28
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les responsables de Takata, équipementier nippon, ont présenté leurs excuses aux victimes d'accidents liés à leurs airbags défectueux et à leurs familles, lors de leur audition devant le Congrès américain.

L'équipementier nippon Takata, dont les airbags défectueux sont liés à des accidents mortels, a présenté jeudi ses excuses et "sincères" condoléances aux victimes et à leurs familles, lors de l'audition de ses responsables au Congrès américain.

"Nous sommes profondément désolés pour chaque incident dans lequel un airbag Takata n'a pas fonctionné correctement", a déclaré Hiroshi Shimizu, vice-président de Takata chargé de la Qualité, devant une commission sénatoriale. "Nos sincères condoléances vont à tous ceux qui ont souffert dans ces accidents et à leurs familles", a-t-il ajouté.

Quelques mois après General Motors, Takata est dans le collimateur de sénateurs américains qui veulent savoir comment des airbags Takata défectueux ont pu être installés dans des véhicules alors que la presse américaine affirme que l'équipementier avait dissimulé les défauts du modèle d'airbag mis en cause depuis dix ans.

"Nous avons débuté l'enquête en mai 2005. S'il y a eu une communication avant ça je ne suis pas au courant. La date, c'est 2005", a répété Hiroshi Shimizu sous l'insistance des sénateurs.

Les airbags, ou coussins de sécurité, défectueux ont été fabriqués dans les années 2000. Ils peuvent exploser et projeter des fragments de métal et plastique sur les passagers. Au coeur du problème, se trouve l'agent gonfleur utilisé - du nitrate d'ammonium -, susceptible de se détériorer en cas d'exposition à une humidité excessive.

Défaut

Ce défaut est à l'origine de nombreux incidents et de plusieurs décès: cinq selon les médias, dont trois confirmés par Takata et le constructeur automobile nippon Honda, plus gros client de l'équipementier.

Hiroshi Shimizu a également assuré que Takata avait effectué une série de tests de 2007 à 2010 avec le groupe automobile Honda. Après ces tests, Takata a modifié la composition chimique pour améliorer ses produits mais réfute avoir fait ces ajustements afin de corriger des vices de conception en réaction à la crise.

L'équipement a assuré qu'il produisait actuellement 300'000 kits de remplacements par mois et devrait accroître encore sa production à compter de janvier pour pallier la pénurie de pièces de remplacement. "Nous pensons que nous allons pouvoir répondre à la demande des constructeurs automobiles pour effectuer les remplacements", a dit Hiroshi Shimizu.

Mais les sénateurs ont réclamé une enquête interne indépendante pour faire la lumière sur cette affaire, notamment sur ce que savait Takata et quand il a su.