Réservé aux abonnés

Alex Jones, la mauvaise blague

L’influent conspirationniste américain est censuré. Même certains de ses détracteurs s’en offusquent.
10 août 2018, 00:01
/ Màj. le 10 août 2018 à 23:10
DATA_ART_12323100

Fraîchement banni des principaux réseaux sociaux pour «non-respect» de leurs règlements, Alex Jones va-t-il finir en martyr de la liberté d’expression? Depuis lundi, cet animateur texan de 44 ans, adepte de la théorie du complot et des idées d’extrême droite, cherche à retourner la situation à son avantage.

Sur Twitter, plateforme qui l’accepte encore, il évoque bien sûr un complot, ne manquant pas au passage d’appeler ses millions de suiveurs à soutenir financièrement...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois