Après dix mois d'efforts, le Liban se dote d'un gouvernement

Le Liban tient enfin un nouveau gouvernement depuis ce samedi. Le nouveau Premier ministre Tammam Salam a donné la liste de ses 24 ministres.
07 août 2015, 13:23
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le nouveau gouvernement libanais a été nommé au lendemain du neuvième anniversaire de l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafik Hariri.

Le Liban s'est doté samedi d'un gouvernement de compromis après un blocage de près d'un an entre camps rivaux, exacerbé par le conflit en Syrie voisine qui divise profondément le pays. "C'est un gouvernement rassembleur", a déclaré le nouveau Premier ministre Tammam Salam. Le Hezbollah hérite des Affaires étrangères.

"Après dix mois d'efforts, de patience (...), un gouvernement préservant l'intérêt national est né", a affirmé Tammam Salam après l'annonce de la liste des 24 ministres. "C'est la meilleure formule pour permettre au Liban de faire face aux défis", a-t-il ajouté.

Le gouvernement, formé dans un contexte de violences intermittentes qui secouent le pays, réunit pour la première fois depuis 3 ans les deux camps rivaux: celui du Hezbollah chiite, qui combat les rebelles de Syrie aux côtés du régime de Bachar al-Assad, et la coalition menée par l'ancien Premier ministre Saad Hariri, qui soutient, elle, l'opposition syrienne.

Un gouvernement de compromis

L'annonce de ce nouveau gouvernement, longtemps attendue, avait été à plusieurs reprises avortée au cours des derniers mois.

Grâce à un compromis arraché après des mois de négociations ardues, le gouvernement de 24 ministres accorde huit portefeuilles au Hezbollah et ses alliés, dont les Affaires étrangères, huit à la coalition dite du "14-mars" de M. Hariri, dont le portefeuille de l'Intérieur, et huit à des ministres proches du président Michel Sleimane, considéré comme neutre, et du leader druze Walid Joumblatt, considéré comme "centriste".