Astronomie: la NASA démonte la théorie d'une neuvième planète

Les mystères du système solaire continuent de fasciner les chercheurs. Après Mercure qui rétrécit, c'est la planète X qui disparaît. Grande planète gazeuse ou petite étoile, elle été née dans l'esprit des scientifiques pour expliquer les changements de trajectoire des comètes. La NASA n'en a pas trouvé trace...
07 août 2015, 13:29
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
L'hypothèse de l'existence de la planète X remonte à la fin du XVIIIe siècle. Mais la NASA, après avoir scruté les moindres recoins du système solaire, a conclu qu'elle n'existait pas.

Une observation récente de la voûte céleste par la NASA a probablement mis fin au mythe de la "planète X" dans le système solaire. Son existence hypothétique avait été avancée depuis deux siècles pour expliquer certaines anomalies astronomiques.

Cette recherche n'a pas non plus permis de trouver une étoile soeur du soleil, baptisée Némésis, qui aurait été située près du système solaire. Selon certaines hypothèses, Némésis aurait pu modifier épisodiquement la trajectoire de comètes et d'astéroïdes.

"Il n'y a probablement pas de grande planète gazeuse ou de petite étoile compagne du Soleil dans la partie éloignée du système solaire", conclut Kevin Luhman, astronome à l'université de Pennsylvanie qui a dirigé cette observation effectuée avec le télescope spatial WISE et dont les résultats paraissent dans la dernière édition de l'"Astrophysical Journal".

L'analyse des données recueillies par WISE (Wide-Field Infrared Survey Explorer) dans l'ensemble du ciel n'a détecté aucun objet plus gros que Jupiter, la plus grande planète du système solaire, jusqu'à 3887 milliards de kilomètres du soleil, une zone où aurait pu se dissimuler la planète X.

Née en 1781

Selon diverses théories, cette planète aurait une masse allant jusqu'à quatre fois celle de Jupiter et résiderait dans une partie éloignée du système solaire, à environ 1485 milliards de kilomètres du soleil, soit dix mille fois la distance de la Terre au Soleil (149,5 millions de kilomètres), explique l'astronome.

L'origine de la planète X remonte à 1781 avec la découverte d'Uranus, qui pendant plus d'un demi-siècle a étonné les astronomes en raison des variations de la vitesse de son orbite qui leur paraissaient incompatibles avec la loi de la gravitation de Newton.

Si cette dernière traque pour débusquer la planète X et l'étoile Némésis a enterré ces théories, elle a dans le même temps permis de découvrir 3525 étoiles et naines brunes à moins de 500 années-lumière du Soleil.

"Des systèmes stellaires qui se cachaient juste devant nos yeux dans le proche voisinage du système solaire ont littéralement jailli dans les données recueillies par WISE", s'est réjoui Ned Wright, un astronome de l'université de Californie qui a conduit cette analyse.