Attentat en Bulgarie: les condamnations pleuvent

Les condamnations affluaient de toutes part après l'attentat contre des touristes israéliens en Bulgarie qui a fait six morts et 32 blessés.
06 août 2015, 10:26
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
La Bulgarie entretient d'excellents rapports avec Israël. Elle compte aussi une forte minorité musulmane d'environ 13% de la population.

Le Premier ministre bulgare Boïko Borissov a vivement condamné cet "acte horrifiant sur le territoire d'un Etat souverain, membre de l'UE".

Le chef du gouvernement de ce pays ami d'Israël a aussi évoqué une "une provocation envers les efforts de paix de la communauté démocratique". "Ce terrible événement est un choc pour nous tous (...) Le gouvernement condamne catégoriquement l'agression et le terrorisme", a-t-il déclaré.
 
Pour sa part, le mufti principal des musulmans bulgares, Moustafa Hadji, a qualifié cet attentat d'"acte barbare". "La terreur (...) est un acte barbare qu'aucune religion ne peut approuver", selon un communiqué de l'administration du mufti.
 
La Bulgarie entretient d'excellents rapports avec Israël. Elle compte aussi une forte minorité musulmane d'environ 13% de la population.
 
Buenos Aires se souvient
 
Du côté du gouvernement argentin, c'est la consternation: l'attentat à l'aéroport de Burgas, sur la mer Noire, a été perpétré le jour anniversaire d'une explosion qui avait fait 85 morts en 1994 au siège d'une mutuelle juive à Buenos Aires.
 
"A l'occasion du 18e anniversaire de l'attentat contre l'Amia à Buenos Aires (...), le terrorisme international fait rage à nouveau, sous d'autres latitudes, contre des êtres sans défense", a écrit le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Buenos Aires a exprimé "sa profonde solidarité avec le peuple et le gouvernement israélien".
 
"Acte barbare"
 
Ailleurs dans le monde, le président américain Barack Obama a condamné un "attentat terroriste barbare" et a offert "toute l'aide nécessaire pour identifier les responsables de cet attentat et pour que justice soit faite". Le Canada s'est joint au pays voisin pour condamner sans réserve "ces actes odieux", selon les termes du ministre d es affaires étrangères John Baird.
 
Le Premier ministre tchèque Petr Necas s'est déclaré "profondément choqué" par cette "tragédie". Le président français François Hollande a condamné l'"acte barbare commis contre des familles israéliennes". Le ministre italien des Affaires étrangères s'est lui aussi déclaré "atterré".
 
Le chef de la diplomatie bulgare Nikolaï Mladenov a annoncé que la Bulgarie demanderait jeudi au Conseil de sécurité de l'ONU de condamner l'attentat.
 
Silence à Téhéran
 
Pour le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, "tous les éléments convergent vers l'Iran. Au cours des derniers mois, nous avons assisté à des tentatives iraniennes pour s'en prendre à des Israéliens en Thaïlande, en Inde, en Géorgie, au Kenya, à Chypre et en d'autres endroits".
 
"Il s'agit d'une offensive terroriste iranienne qui se propage à travers le monde entier. Israël réagira avec force à la terreur iranienne", a-t-il averti. L'explosion à Burgas n'a pas été mentionnée par les médias iraniens et Téhéran n'a pas réagi pour le moment aux accusations de Benjamin Netanyahu.
 
Niveau d'alerte relevé
 
Les autorités bulgares ont relevé le niveau de sécurité dans tous les aéroports du pays, de même que dans les gares routières et ferroviaires. Yordanka Fandakova, maire de Sofia, a relevé le niveau d'alerte dans tous les lieux publics liés à la communauté juive de la capitale.
 
Un bilan précédent de l'attentat faisait état de 7 morts. Les touristes venaient d'arriver d'Israël à bord d'un vol charter, pour des vacances au bord de la mer Noire. Ils se trouvaient encore sur le parking de l'aéroport lorsque l'explosion a dévasté le véhicule.