Birmanie: Aung San Suu Kyi condamnée à 2 ans de prison au lieu de 4 par la junte

La répression s’abat à nouveau en Birmanie. La junte militaire au pouvoir a condamné l’ex-cheffe du gouvernement et prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi. Elle devra purger une peine de 2 ans de prison pour avoir troublé l’ordre public et violé les règles sanitaires.
06 déc. 2021, 11:42
/ Màj. le 06 déc. 2021 à 15:45
Aung San Suu Kyi (g.) a été condamnée par la junte militaire.

La peine de prison d’Aung San Suu Kyi, ancienne icône de la démocratie en Birmanie et prix Nobel de la paix, a été ramenée de quatre à deux ans, a annoncé lundi le chef de la junte, cité par la télévision nationale.

L’ancien président Win Myint, qui avait a été condamné aux mêmes peines, a également vu sa condamnation réduite à deux ans. Ils étaient poursuivis pour incitation aux troubles publics et violation des règles sanitaires liées au Covid. Ces peines avaient suscité de vives inquiétudes de la communauté internationale.

Condamnation «injuste»

Les Etats-Unis avaient notamment affirmé que la condamnation «injuste» de l’ex-dirigeante birmane Aung San Suu Kyi à une peine de prison était «un affront à la démocratie et à la justice en Birmanie».

«Nous exhortons le régime à libérer Aung San Suu Kyi et toutes les personnes injustement détenues, notamment les autres responsables démocratiquement élus», avait déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken dans un communiqué, avant que la junte annonce une réduction de peine