Birmanie: des débris d'avion retrouvés dans la mer après la disparition d'un appareil militaire transportant plus de 100 personnes

L'avion militaire birman qui a disparu ce mercredi des écrans radars s'est probablement écrasé. Des débris ont été retrouvés dans la mer d'Andaman, près du dernier endroit où il a été signalé. L'appareil transportait plus de 100 personnes.
07 juin 2017, 15:19
/ Màj. le 07 juin 2017 à 16:42
C'est un avion de ce type, un Shaanxi Y-8, de l'armée birmane, qui est porté disparu.

Un avion militaire a disparu des écrans radars en Birmanie, a annoncé mercredi le chef de l'armée. Les débris de l'appareil qui transportait 116 personnes ont été retrouvés en mer par un navire militaire.

"On a désormais retrouvé en mer des pièces de l'avion", à 218 kilomètres de la ville de Dawei (sud-est de la Birmanie), a déclaré Naing Lin Zaw, un responsable de l'armée de l'air.

"La communication a été perdue soudainement vers 13h35" (09h05 suisses), avait auparavant annoncé le général Min Aung Hlaing sur sa page Facebook. Le contact avec l'avion a été perdu alors qu'il survolait la région de Dawei, en bord de mer d'Andaman.

Le chef de l'armée avait annoncé que "des opérations de recherche et de sauvetage, avec l'appui d'avions et de navires militaires" étaient en cours. C'est un de ces navires qui a retrouvé les débris.

L'avion transportait 116 personnes - 105 passagers et onze membres d'équipage -, selon une source aéroportuaire. Il avait décollé un peu plus tôt de la ville de Myeik, dans le sud de la Birmanie, et devait atterrir à Rangoun, la capitale économique.

>> A lire aussi: Birmanie: un avion disparaît avec 116 personnes à bord, les recherches sont en cours

 

Incident technique

La plupart des passagers sont des familles de militaires en poste dans cette région du sud du pays. "Ce type de vol est organisé deux fois par mois pour les familles de militaires", a expliqué la source aéroportuaire interrogée par l'AFP, précisant avoir peu d'espoir.

"Nous penchons pour un incident technique. La météo était bonne", a ajouté ce responsable. L'entretien du matériel militaire est sujet à caution dans ce pays qui reste l'un des plus pauvres d'Asie du Sud-Est.