Blé OGM: Monsanto trouve un accord avec les agriculteurs dans l'Oregon

Les agriculteurs du Nord-ouest américain ont trouvé une compensation financière de la part du géant-agrochimique Monsanto. Ils avaient déposé plainte contre le groupe américain après la contamination de leurs récoltes par le blé génétiquement modifié du groupe de Saint-Louis (Missouri) l'an dernier.
07 août 2015, 14:26
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le géant américain des semences et des produits phytosanitaires Monsanto a annoncé mercredi un accord avec des agriculteurs du Nord-ouest du pays.

Le géant américain des semences et des produits phytosanitaires Monsanto a annoncé mercredi un accord avec des agriculteurs du Nord-ouest du pays. Le texte met fin à des plaintes après la contamination de récoltes l'an dernier par le blé génétiquement modifié du groupe de Saint-Louis (Missouri, centre).

Monsanto a accepté de payer au total 2,375 millions de dollars (2,3 millions de francs), dont 2,125 millions pour la constitution d'un fonds d'indemnisation pour des agriculteurs de trois Etats du Nord-ouest américain (Washington, Oregon et Idaho) ayant vendu du blé tendre blanc entre le 30 mai 2013 et le 30 novembre 2013.

Du blé OGM résistant à l'herbicide Roundup de Monsanto avait été détecté en mai 2013 dans une ferme de l'Oregon. Ce fait demeure inexpliqué, car le groupe a cessé depuis 2001 ses essais à l'air libre de cette variété dans cet Etat.

Plusieurs pays asiatiques, parmi lesquels le Japon et la Corée du Sud, avaient suspendu en conséquence leurs importations de blé tendre blanc américain, cultivé en Oregon et dans l'Ouest américain. De son côté, l'Union européenne avait recommandé aux Etats membres de tester leurs importations de blé en provenance des Etats-Unis.

Plusieurs agriculteurs avaient porté plainte contre Monsanto, estimant que l'affaire avait nui à leurs revenus.

Kyle McClain, responsable des affaires juridiques chez Monsanto, a jugé jeudi l'accord "raisonnable et dans le meilleur intérêt de toutes les parties". Plusieurs avocats des plaignants, cités dans le communiqué, ont également souligné que l'accord, "équitable", permettait de régler rapidement l'affaire.