Boeing 737 MAX: documents préoccupants en mains du Congrès

Lundi, Boeing a envoyé des documents préoccupants à la commission des Transports. A ce jour, les multiples enquêtes ont mis en cause le logiciel anti-décrochage MCAS de l'appareil.
24 déc. 2019, 22:10
/ Màj. le 24 déc. 2019 à 22:10
Les avions sont cloué au sol depuis mars à la suite de deux accidents meurtriers qui ont fait 346 morts.

La crise du 737 MAX n'en finit plus. Boeing a transmis, de sa propre initiative, à la commission des Transports du Congrès américain de nouveaux documents préoccupants semblant mettre en cause la réponse du groupe aux problèmes de sécurité entourant l'avion.

Le constructeur américain a envoyé ces documents lundi "tard dans la soirée", soit après l'annonce de la démission, avec effet immédiat, de son directeur exécutif, Dennis Muilenburg, a indiqué à l'AFP un assistant de cette commission. La commission des Transports mène actuellement une enquête sur le 737 MAX, cloué au sol depuis mars à la suite de deux accidents meurtriers qui ont fait 346 morts.

L'assistant n'a pas précisé si ces documents relataient la situation avant ou après les accidents de Lion Air et d'Ethiopian Airlines, survenus en octobre 2018 et mars 2019. Il s'est également refusé à en dévoiler le contenu exact. Le régulateur aérien américain (FAA) a de son côté confirmé à l'AFP avoir aussi reçu ces documents.

 

 

Démission

"A l'instar de documents précédents mentionnés par la commission, le ton et le contenu de certaines de ces communications ne reflètent pas l'entreprise que nous devons être", a réagi Boeing.

"Nous avons fait des changements importants en tant qu'entreprise au cours des neuf derniers mois pour renforcer nos dispositifs, notre organisation et notre culture en matière de sécurité", a ajouté le groupe. Les correctifs apportés par l'avionneur n'ont toutefois pas encore été validés par les autorités de sécurité aérienne.

Et, faute d'obtenir la remise en service de son avion vedette, Boeing a dû se résigner la semaine dernière à annoncer l'arrêt de la production de son avion à partir de janvier pour une durée indéterminée. Lundi, l'entreprise a annoncé la démission immédiate de Dennis Muilenburg, 55 ans, qui était vertement critiqué pour sa gestion de la crise du 737 MAX.