Bulgarie-Israël: l'Iran nie toute responsabilité dans l'attentat qui a fait six tués

L'attaque terroriste de mercredi à Bourgas, en Bulgarie a été imputée par Israël à l'Iran qui nie toute responsabilité dans ces violences.
06 août 2015, 10:26
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les funérailles des cinq Israéliens tués doivent se dérouler vendredi dans les cimetières de Petah Tikva et Rishon Letzion, près de Tel-Aviv, et de Saint-Jean d'Acre, dans le nord d'Israël.

L'attentat-suicide anti-israélien de mercredi en Bulgarie, le premier du genre, a fait au moins six tués, outre le kamikaze, et plus de 30 blessés, selon le dernier bilan donné hier.

Cette attaque terroriste a été imputée par Israël à l'Iran qui nie toute responsabilité dans ces violences.

Le bilan donné mercredi était de sept tués, outre le kamIkaze. Le ministre bulgare de l'Intérieur, Tsvetan Tsvetanov, a rectifié jeudi cette information sur les lieux mêmes de l'attentat, à l'aéroport de Bourgas, sur la mer Noire.
 
"Il s'est avéré que les morts sont au nombre de sept, pas huit: cinq ressortissants israéliens, le chauffeur bulgare de l'autobus et le kamikaze", a-t-il dit.
 
Selon le ministre, "l'explosion a été provoquée par un homme qui est mort dans l'attentat et dont l'identité exacte n'est pas établie".
 
"Son document de voyage était un faux permis de conduire délivré dans l'Etat du Michigan", aux Etats-Unis, a-t-il précisé.
 
"Le kamikaze, habillé avec un short et qui portait un sac à dos, paraissait comme tout autre touriste.
 
Il a déposé son sac dans le compartiment à bagages du bus où l'explosion s'est produite", a encore indiqué le ministre. Le ministère bulgare de l'Intérieur a fait diffuser par les chaînes de télévision bulgares une vidéo du kamikaze présumé, filmé à l'aéroport par une caméra de surveillance.
 
Bus évoqué
 
La vidéo montre un homme faisant les cent pas dans la salle d'attente de l'aéroport. Il va et vient dans le salon de l'aéroport avec un grand sac-à-dos noir et une sacoche d'ordinateur portable.
 
"L'homme est âgé d'environ 36 ans. Nous avons des empreintes digitales", a encore dit le ministre de l'Intérieur, qui a précisé qu'un test ADN était en cours.
 
Les enquêteurs bulgares ratissent l'aéroport et interrogent tous les témoins possibles en quête d'indices.
 
L'attentat a visé un bus transportant des touristes israéliens, à la descente de leur avion-charter, qui devaient se rendre à la station balnéaire de Slantchev Briag, au nord de Bourgas.
 
Accusation lancée
 
Les trois blessés les plus graves, des Israéliens, avaient été transférés dans un hôpital de Sofia, la capitale bulgare, avant d'être rapatriés vers Israël à bord d'un avion militaire israélien.
 
Les autres, accompagnés d'équipes médicales venues d'Israël, sont rentrés jeudi dans leur pays à bord d'un avion sanitaire.
 
Le Magen David Adom, l'équivalent de la Croix-Rouge en Israël, a dit que 36 personnes arrivées de Bourgas avaient été hospitalisées en Israël.
 
Au total, une soixantaine de touristes israéliens ayant échappé à l'attentat ont également été rapatriés à bord d'un Airbus affrété par le gouvernement bulgare. L'aéroport de Bourgas a rouvert jeudi soir
 
Si, selon Tsvetan Tsvetanov, "aucune organisation n'a revendiqué l'attentat", dès mercredi, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait lui pointé du doigt l'Iran, dénonçant "une offensive terroriste iranienne".
 
"Tous les signes mènent à l'Iran", avait-il déclaré dans un communiqué. Il a promis une riposte musclée contre la "terreur iranienne".
 
Critique lancée par Téhéran
 
Téhéran s'est élevé contre ces mises en cause. La télévision d'Etat iranienne a qualifié jeudi de "hâtives" et "ridicules" les accusations israéliennes.
 
Et le porte-parole de son ministère des Affaires étrangères a affirmé que l'Iran condamnait vigoureusement "tout acte terroriste".
 
L'attentat a coïncidé jour pour jour avec le 18e anniversaire de l'attentat commis en 1994 contre la Mutuelle juive argentine (AMIA) à Buenos Aires, qui avait fait 85 tués et 300 blessés, un attentat déjà imputé par Israël à l'Iran.
 
Arrestation récente
 
Selon le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, qui s'exprimait à la radio publique israélienne, "l'attentat de Bourgas a été mené par des activistes du Hezbollah (NDLR: mouvement chiite libanais) et commandité par l'Iran".
 
Le porte-parole du gouvernement israélien, Mark Regev, a lié l'attentat de Burgas à l'arrestation ce mois-ci à Chypre d'un étranger qui "a révélé un plan opérationnel qui est pratiquement identique à celui qui s'est produit en Bulgarie. Il vient du Hezbollah".
 
Le Quartette pour le Proche-Orient, constitué de l'UE, la Russie, les Etats-Unis et l'ONU, a condamné jeudi de son côté un attentat "brutal et lâche". Et l'Autriche et Chypre ont renforcé leurs mesures de sécurité.
 
Cet attentat est le premier attentat anti-israélien commis en Bulgarie.