Bulgarie: plusieurs milliers de manifestants dans les rues de Sofia

Grosse manifestation dans les rues de Sofia mercredi matin pour réclamer des mesures de lutte contre la pauvreté. Et près de mille étudiants ont défilé dans un cortège différent pour demander la démission du gouvernement.
07 août 2015, 12:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
epa03958195 Students participate in a performance during a protest in Sofia, Bulgaria, 20 November 2013. Protesters are calling for the resignation of the government of prime Minister Plamen Oresharski. A students' group that had already occupied Sofia University now calls for Parliament to be occupied in an effort to press for a snap election in the poorest EU member state. The Bulgarian Socialist Party (BSP) and their junior coalition partners, the ethnic Turkish MRF party, have faced almost daily street protests since taking office in May 2013.  EPA/VASSIL DONEV

Plusieurs milliers de fonctionnaires bulgares ont manifesté dans les rues de Sofia mercredi matin pour réclamer des mesures de lutte contre la pauvreté. Près de mille étudiants ont défilé dans un cortège différent pour demander la démission du gouvernement.

Entre 3000 (selon les médias bulgares) et 6000 fonctionnaires (selon les organisateurs) ont répondu à l'appel de l'un des deux principaux syndicats bulgares de la fonction publique (KNSB), battant le pavé devant le parlement avec des drapeaux violets et scandant des slogans comme "un salaire, des conditions de travail et d'emploi décents. STOP à la misère" et "nous ne voulons pas travailler toute notre vie pour des retraites misérables".

Ils réclament une hausse de 10% des salaires de la fonction publique et le droit à des départs anticipés à la retraite. Ils veulent également des remboursements d'impôts dès l'an prochain pour près de 462'000 salariés qui perçoivent un salaire minimum de 340 leva (210 francs).

Le gouvernement du Premier ministre, Plamen Orecharski, un technocrate soutenu par les socialistes, s'est dit prêt à discuter d'un remboursement de l'imposition au taux unique de 10% pour les bas salaires au début 2015.

Etudiants mécontents

Parallèlement à ces réclamations sociales, le gouvernement bulgare reste sous la pression d'une mobilisation estudiantine entamée il y a près de quatre semaines, qui tente de redonner une nouvelle impulsion à un mouvement contre le gouvernement "lié à l'oligarchie", lancé mi-juin.

Près de 1000 étudiants, selon les médias locaux, se sont rassemblés près du parlement, où un important dispositif de sécurité policier a été mis en place.